NOUVELLES
13/03/2017 15:54 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

«Brexit»: le Parlement approuve la loi permettant le début des pourparlers

LONDRE, Royaume-Uni — Le Royaume-Uni s'est rapproché un peu plus de la mise en marche du processus qui devrait le mener à sa sortie de l'Union européenne (UE), alors que le Parlement britannique a adopté, lundi, la loi permettant à la première ministre Theresa May d'amorcer les pourparlers qui doivent mener au divorce.

La loi a reçu l'approbation de la chambre haute du parlement, la Chambre des lords.

La Chambre des communes avait déjà donné son feu vert il y a plusieurs semaines, mais les lords n'arrivaient pas à s'entendre sur les amendements que certains désiraient apporter au projet de loi.

Plusieurs ont milité pour qu'une garantie soit ajoutée relativement au droit de rester au Royaume-Uni pour les citoyens européens qui y sont établis.

Dans une autre proposition, on plaidait pour que le Parlement procède à un vote «significatif» sur l'accord final de «Brexit» qui serait conclu au terme des négociations avec l'UE.

Tous ces amendements ont toutefois été rejetés lundi aux Communes. Les lords — qui ne sont pas des membres élus du Parlement — ont donc baissé la garde et ont fini par donner leur aval au projet de loi.

Le texte devait ensuite recevoir la sanction royale, une formalité qui devait se concrétiser dans les heures suivant le feu vert des lords.

Theresa May sera ainsi libre d'invoquer l'article 50 du principal traité de l'UE, entamant par le fait même le processus de négociations autour du divorce, procédure qui devrait s'échelonner sur deux ans.

La première ministre a été contrainte de demander l'appui du Parlement pour lancer les pourparlers du «Brexit» après que la Cour suprême eut tranché en ce sens.

Le débat a été empreint d'émotion à la Chambre des lords, notamment avec la question du statut des résidants européens vivant au Royaume-Uni et celui des Britanniques établis dans des États membres de l'UE.