BIEN-ÊTRE
12/03/2017 09:51 EDT

Cette famille réussit à atteindre l'autosuffisance alimentaire

Êtes-vous à la recherche d'un nouveau défi?

C'est le rêve fou qu'entretiennent nombre de gens : être autosuffisants sur le plan alimentaire. Robin LeBlanc et Rebecca Huot, un couple du Nouveau-Brunswick, ont voulu relever le défi, avec tout ce que cela comporte, avec leurs trois enfants et leurs deux emplois d'enseignants.

Un texte de Benoît Livernoche, de l’émission La Semaine verte

Malgré ce qu'on pourrait penser, Robin LeBlanc n’est pas un fils d’agriculteur, loin de là.

«Je dirais qu’il faudrait remonter à trois générations. Les arrière-grands-parents faisaient justement ça. Ils avaient la forge, ils faisaient un peu de tout. Ces histoires-là me fascinaient. Et je me suis dit : j’aimerais faire ça un jour.» - Robin LeBlanc

Ce rêve-là, pour qu’il devienne réalité, demandait beaucoup de travail et de recherche. Robin a fait des études en biologie : une excellente base pour comprendre la science de l’agriculture. Mais encore fallait-il une terre.

Le couple de Bathurst magasine et trouve alors le bijou près de là : une fermette avec 14 hectares de terre, très bien entretenue et surtout pas chère. Le projet commence alors à prendre forme.

Mais dès le départ, pour que Rebecca y trouve son compte, elle tient à mettre les choses au clair. « Je ne vais pas manger seulement des carottes et des navets. Ça a poussé [Robin] à dire : "Ok, pour la satisfaire, il va falloir que ce soit diversifié pour que tout le monde soit content" », raconte-t-elle en riant.

Étape par étape vers l’autosuffisance

Au commencement, Robin LeBlanc ne vise pas nécessairement l’autosuffisance, mais compte développer un projet à la fois. Il souhaite tout d’abord récolter des légumes tout au long de l’année. Grâce à l’installation d’une serre et à l’utilisation d’une chambre froide et d’un caveau, en peu de temps, le défi est relevé.

Les fruits, maintenant? Pas de souci, la terre contenait déjà des arbres fruitiers, dont des pommiers. Robin réalise aussi des essais avec de nombreux autres fruits. C’est un succès.

«Mon congélateur est maintenant rempli de cantaloups. On a des poires, des cerises, des prunes, des fraises, des framboises.» - Rebecca Huot

Viennent ensuite les poules et les oeufs. L’autosuffisance prend du galon.

« Puis, la dernière étape, c’était vraiment de se dire : pourquoi pas une vache laitière? » Robin sent que son projet prend une tournure plus complexe, qui exigera de la transformation de produit.

Avec un peu de recherche, il trouve une vache en gestation, qui produit peu de lait pour une grande exploitation, mais assez pour sa famille.

Obtenant une douzaine de litres par jour, il se lance ainsi dans la fabrication de différents types de produits laitiers : crèmes, beurre ou bien fromages. Il fabrique du fromage feta, du fromage en grains, du parmesan, de la ricotta et même du fromage suisse.

Sa vache donne ensuite naissance à un veau. Avec de bons contacts chez les bouchers, il aura sa viande pour l’hiver. Et ce n’est pas tout : avec maintenant un porc et des oies, il fabrique aussi tous ses pâtés et saucisses. Il confectionne ses huiles, ses sauces, ses cidres, bref tous les aliments qui lui confèrent une véritable autosuffisance.

«Je n’en reviens pas que l’on puisse faire tout ça et que l’on puisse bien vivre. Qu’on ait de la nourriture qui entre dans les congélateurs, pendant qu’il nous en reste de l’année d’avant. Je n’en reviens pas.» - Robin LeBlanc

Mission accomplie?

Pour Robin et Rebecca, l’autosuffisance ne s’est pas réalisée du jour au lendemain. Le processus a pris environ huit ans. Comme ils ont des emplois à temps plein et trois jeunes enfants, le travail d’équipe et les compromis ont été de mise.

Robin admet avoir mis des heures et des heures à étudier les bonnes techniques d’élevage, de jardinage et de transformation des aliments. Cela lui a permis d’atteindre une productivité aujourd’hui payante.

«C’est quasiment comme se payer un bac universitaire en autosuffisance et dire : finalement je vais faire mes années, je vais apprendre moi-même, acheter les livres. Et au bout de la ligne, quand tu deviens "diplômé", c’est beaucoup plus facile, tu connais le métier.» - Robin LeBlanc

Rebecca, elle, savoure le succès du projet. Elle savoure surtout le fait que ses enfants apprennent à vivre de la terre et à bien manger... bio.

«Moi je n’ai pas de stress à savoir d’où vient ma nourriture. Est-ce bio? Ce que l’agriculteur me dit, est-ce vrai? Moi je n’ai pas ça, car je mange toujours bio, local, tous les jours.» - Rebecca Huot

VOIR AUSSI: