NOUVELLES
11/03/2017 08:54 EST | Actualisé 11/03/2017 09:08 EST

La ministre turque de la Famille expulsée vers l'Allemagne

Anadolu Agency via Getty Images
ISTANBUL, TURKEY - MARCH 12: Turkish people chant slogans and hold Turkish flags to protest Netherlands in front of Dutch Diplomatic Mission in Istanbul as it was sealed off due to security concerns in Istanbul, Turkey on March 12, 2017. Turkish family minister Fatma Betul Sayan Kaya's vehicle intercepted by Dutch police while entering the Consulate General's residence of Turkey in Rotterdam. (Photo by Abdullah Coskun/Anadolu Agency/Getty Images)

La ministre turque venue à Rotterdam (Pays-Bas) pour assister à un meeting est en cours d'expulsion vers l'Allemagne, d'où elle était arrivée, a déclaré dans la nuit de samedi à dimanche le maire de Rotterdam, tandis que la police a dispersé des manifestants.

La ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, arrivée à Rotterdam en voiture dans la soirée de samedi, est "sur la route entre Rotterdam et l'Allemagne", reconduite à la frontière par la police néerlandaise, a déclaré à la presse le maire de la ville, Ahmed Aboutaleb. "Elle a été expulsée vers le pays d'où elle était venue", a-t-il dit.

Au même moment, la police néerlandaise a dispersé, à l'aide de canons à eau, les manifestants qui s'étaient rassemblés à Rotterdam pour protester contre l'interdiction de la venue du ministre turc des Affaires étrangères.

Après plusieurs heures de calme tendu, les policiers, pour certains à cheval, ont commencé à disperser le millier de manifestants massés aux alentours du consulat de Turquie dans la ville portuaire néerlandaise, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plus tôt dans la journée, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a été interdit d'entrée aux Pays-Bas, ce qui a provoqué une crise diplomatique entre ces deux pays.

Il devait assister à un meeting organisé pour la communauté turque à Rotterdam dans le cadre de la campagne du référendum prévu en Turquie le 16 avril sur le renforcement des pouvoirs présidentiels.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a violemment réagi à la décision de La Haye d'interdire à M. Cavusoglu l'entrée sur son territoire, évoquant des "vestiges du nazisme". Ses propos ont été qualifiés de "fous" et "déplacés" par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

À VOIR AUSSI

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 10 jardins d'Europe à visiter au moins une fois dans sa vie Voyez les images