NOUVELLES
10/03/2017 01:22 EST | Actualisé 10/03/2017 01:27 EST

Les banques alimentaires du Québec engrangeront les surplus des supermarchés

Foodcollection RF via Getty Images
Fruit display in grocery store

Les Banques alimentaires du Québec (BAQ) pourront engranger les excédents des supermarchés afin de nourrir les familles dans le besoin dans l'ensemble de la province.

Le programme, qui est le premier du genre au Canada, est né d’un projet pilote réalisé à plus petite échelle. Ce projet pilote a permis de récupérer 2,5 millions de kilogrammes de denrées dans les 177 supermarchés participants l’an dernier. Les banques alimentaires ont ainsi pu récolter des denrées d’une valeur de 20 millions de dollars au cours de cette année.

« Le Programme de récupération en supermarchés est un projet de société qui aide considérablement notre réseau à s'approvisionner en denrées saines et de qualité afin de donner à manger aux plus vulnérables de notre société dont les enfants et les aînés. Nous sommes ravis de la solidarité des détaillants en alimentation et de tous nos autres partenaires, sans qui ce projet ne pourrait être réalisé », a déclaré la directrice générale des Banques alimentaires du Québec, Annie Gauvin.

Récupération et développement durable

En plus de nourrir des gens dans le besoin, le Programme de récupération en supermarché (PRS) permettra de réduire le gaspillage des denrées alimentaires produites par les supermarchés.

Une subvention de 395 200 $ de Recyc-Québec, dans le cadre de la lutte contre le gaspillage alimentaire, et la participation des bannières Provigo, Maxi, Métro, Super C et IGA ont permis de mettre le programme sur pied.

« Nous sommes fiers de financer cette synergie entre les Banques alimentaires du Québec et certaines bannières du secteur de l'alimentation », a déclaré la ministre de l'Économie et députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade.

« Comme dans mon comté de Saint-Henri-Sainte-Anne, dans un contexte de mixité sociale, il est important de créer ce lien entre les différents tissus existants afin que les entreprises puissent collaborer davantage avec les organismes communautaires de leurs quartiers, a poursuivi Mme Anglade. Des gens qui vivent des moments un peu plus difficiles bénéficieront de ces surplus alimentaires. Une formule gagnant-gagnant! »

Un approvisionnement pour les BAQ

Le déploiement complet du programme permettra de récupérer une moyenne de 8 millions de kilogrammes de denrées par année grâce à la participation de 611 supermarchés à travers la province.

Le programme donnera un sérieux coup de pouce aux banques alimentaires qui font face à des besoins alimentaires représentant 1,8 million de dollars par mois. Le programme québécois assurera une certaine stabilité aux BAQ qui peinent à répondre à la demande croissante de la population, qui augmente à raison de 100 000 nouvelles requêtes par mois.

« Grâce aux nouvelles sommes investies, nous pourrons répondre à davantage de demandes d'aide alimentaire de familles québécoises dans le besoin. Je lève mon chapeau à cette brillante initiative qui, en plus d'être riche tant sur le plan humain qu'environnemental, propose une solution unique et durable aux problèmes de gaspillage et de précarité alimentaire », a déclaré la ministre déléguée à la Santé publique et aux saines habitudes de vie, Lucie Charlebois.

Le programme de récupération en supermarché ne règlera pas la situation de la faim au Québec, mais il assurera une certaine stabilité aux banques alimentaires.

L’augmentation du coût du panier d’épicerie au cours des dernières années éprouve durement les familles qui constituent la moitié de la clientèle des banques alimentaires.

En plus de nourrir des familles éprouvant de la difficulté à se nourrir, le programme permet de réduire de 2000 tonnes par années les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province, soit l’équivalent de retirer 1500 voitures de la circulation.

Voir aussi:

Galerie photo Voici à quel point les humains gaspillent Voyez les images