POLITIQUE
09/03/2017 06:14 EST | Actualisé 09/03/2017 06:16 EST

Travailleurs immigrants qualifiés: le français pèsera lourd

Radio-Canada

Pour atteindre ses objectifs en matière de francisation, le gouvernement force dès maintenant la main aux futurs travailleurs immigrants qualifiés pour qu'ils parlent français. La langue occupera désormais une place beaucoup plus importante lors de la sélection.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion a modifié certains pointages qui favorisent les connaissances linguistiques en français dans sa grille de sélection des travailleurs qualifiés.

Pour ce faire, le critère relatif à la formation académique, tant universitaire que technique, a chuté de plusieurs points. En abaissant la limite du nombre de points pouvant être acquis par un candidat en fonction de son niveau de scolarité, le résultat obtenu en français se trouve à prendre une plus grande importance.

«Ces modifications permettront de valoriser la connaissance du français et de contribuer à sa vitalité comme langue commune de la société québécoise.» - Extrait du communiqué de presse du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec

Dans sa récente planification de l’immigration pour 2017-2019, Québec se donnait pour objectif d’avoir 85 % de travailleurs qualifiés adultes parlant français à leur arrivée dans la province.

Lire aussi

Immigration: les tests de français pourraient rester plus chers

Urgence d’agir

La mesure est passée inaperçue lors de sa publication mercredi, mais elle pourrait avoir un impact majeur.

Par exemple, un étudiant étranger temporaire déjà au Québec qui misait sur l’obtention d’un diplôme pour compenser ses lacunes en français pourrait être refusé à la sélection des immigrants.

« Souvent, nos clients passent par un point ou deux, indique l’avocat spécialisé en droit de l’immigration, Guillaume Cliche-Rivard. Ça peut être fatal. Le programme dans lequel vous êtes inscrit n’est peut-être plus suffisant, du jour au lendemain. C’est une attaque en règle envers les gens qui n’ont pas de connaissance du français. »

Me Cliche-Rivard se désole que le gouvernement n’ait pas annoncé de préavis pour la mise en place de cette mesure.

«Si on se donnait un an de plus, on laisserait la situation du français aller.»

— Jonathan Lavallée, porte-parole, ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec

Au ministère, on rétorque que la grille de sélection fait souvent l’objet d’une révision afin d'être mieux adaptée aux nouvelles réalités. La dernière fois remonte au mois de décembre 2015.

L’opposition approuve

Le Parti québécois se montre en faveur de la mise en place de cette mesure, mais en appelle à plus d’actions pour mieux intégrer les immigrants.

« Agir pour assurer une réelle intégration des immigrants au marché du travail, ce n’est pas juste intervenir en amont, au moment de la sélection; nous devons également intervenir lorsqu’ils arrivent ici, en leur donnant un réel encadrement, une réelle chance de réussir, ce que nous ne faisons pas en ce moment », déplore la porte-parole péquiste en matière d’immigration, Carole Poirier.

Aussi sur le HuffPost Québec: