NOUVELLES
08/03/2017 22:05 EST | Actualisé 09/03/2018 00:12 EST

NBA - San Antonio insubmersible, Golden State boit la tasse

C'est peut-être le tournant de la saison 2016-17, au moins pour la conférence Ouest: San Antonio, malmené par Sacramento, a enchaîné mercredi une 9e victoire de suite (114-104), tandis que Golden State a sombré à domicile face à Boston (99-86).

Depuis qu'il dirige les Spurs, Gregg Popovich croyait avoir tout vu, mais son équipe l'a encore surpris.

Sans Kawhi Leonard et LaMarcus Aldridge, laissés au repos, la franchise texane a été transparente, à l'image de Tony Parker (2 pts, 3 passes) pendant les deux premières périodes, accusant jusqu'à 28 points de retard.

Au retour des vestiaires, l'inusable Manu Ginobili (19 pts) et David Lee (18 pts) ont sonné la révolte.

Ils sont finalement passés en tête pour la première fois à six minutes de la sirène grâce à un panier à trois points de Patty Mills (95-92).

"Chacun a apporté sa pierre à l'édifice, ils ont été piqués dans leur orgueil et ont réussi une prestation d'ensemble fantastique", s'est réjoui Popovich.

Grâce à cette 50e victoire de la saison, "Pop" a écrit une nouvelle page de sa légende: pour la 18e saison consécutive, ses Spurs ont atteint ce chiffre symbolique des 50 victoires, un record en NBA.

- Curry fébrile -

Mieux encore, San Antonio peut rêver à la première place de la conférence Ouest, si importante en vue des play-offs: les Spurs n'ont plus que deux victoires de retard sur leurs grands rivaux, les Warriors.

La franchise d'Oakland traverse une mauvaise passe: Golden State, catastrophique en fin de match, a concédé face à Boston sa troisième défaite en dix jours (99-86).

Pour leur retour à Oakland après cinq matches de suite à l'extérieur, Stephen Curry et ses coéquipiers, guère épargné par un calendrier éprouvant, n'ont pas gâté leurs supporteurs.

Ils ont certes fait jeu égal avec les Celtics pendant trois périodes, mais ils ont complétement perdu pied lors du 4e quart-temps.

Alors qu'ils menaient encore d'un point (79-78), ils ont concédé quinze points de suite, sans en marquer un seul, et ont multiplié les pertes de ballons, huit pour le seul 4e quart-temps.

Boston, emmené par Isaiah Thomas (25 pts), a vu son avance grimper à 14 points (93-74) et n'a plus été inquiété par les champions 2015 et vice-champions 2016.

Symbole de la fébrilité actuelle de son équipe, privée depuis la semaine dernière, et jusqu'à nouvel ordre, de Kevin Durant, Curry a marqué 23 points, mais son adresse à trois points laisse toujours à désirer (2 sur 9).

- Kerr: 'On est dans le +dur+' -

"On est dans le +dur+, mais à nous de gérer cette situation. La blessure de +KD+ (Kevin Durant, NDLR) a un effet-domino sur le reste de l'équipe, les temps de jeu et les rotations ont changé", a rappelé Steve Kerr, l'entraîneur de Golden State.

Un autre candidat déclaré au titre, Houston, a passé une mauvaise soirée.

Les Rockets se sont inclinés à domicile face à Utah (115-108) et leur 3e place (44 v-21 d) est dans le viseur de leurs vainqueurs du jour (41 v-24 d).

La franchise de Salt Lake City s'est offert sa quatrième victoire de suite grâce à son duo Rudy Gobert/Gordon Hayward qui ont fait l'essentiel des dégâts avec 23 points chacun.

Ils ont aussi fait souffrir les Rockets avec leur présence dans la raquette et leur défense agressive (10 rbds pour Gobert, 7 pour Hayward).

Résultat, les fines gâchettes de Houston sont passées à côté de leur match avec un réussite famélique (8 sur 32) à trois points, pourtant leur point fort.

Seul Harden s'est approché de son meilleur niveau avec ses 35 points et six passes décisives.

jr/jcp