NOUVELLES
09/03/2017 18:15 EST | Actualisé 10/03/2018 00:12 EST

Les Entreprenantes : une initiative pour aider les commerçantes du centre-ville de Sherbrooke

Les données peuvent surprendre : seulement 7 % des commerçantes du centre-ville de Sherbrooke sont propriétaires de l'édifice qui les abrite, alors que la proportion atteint 42 % chez les hommes.

Un texte de Carl Marchand

L'accès à la propriété est l'un des chantiers auquel veut s'attaquer le programme Les Entreprenantes, lancé jeudi par la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke (CDEC). L'organisme souhaite aider les femmes à se regrouper pour des achats immobiliers, mais aussi leur offrir du mentorat et un espace de travail en commun.

C'est l'achat d'un premier édifice qui est le plus difficile, précise Sophia Beltrano, copropriétaire du restaurant Lupa. Une fois ce premier défi réalisé, les avantages sont nombreux. « On peut fixer le prix du loyer en fonction de nos besoins. Les améliorations locatives restent dans nos poches. Sans compter que ça prépare nos vieux jours », explique-t-elle.

Une bâtisse commerciale, l'hypothèque est sur une plus courte durée. Ça permet de vite ramasser des sous pour acheter autre chose. Ça nous a permis d'acheter d'autres immeubles.

Sophia Beltrano, copropriétaire du restaurant Lupa

Émilie Pinard-Fontaine a lancé le commerce Folle Théière il y a trois ans avec sa mère Martine. L'entreprise est toujours locataire de son emplacement sur la rue King Ouest. Pour cette jeune entrepreneure, la location n'égale pas nécessairement simplicité.

« On aimerait peut-être faire des changements dans notre local. Mais c'est de voir avec le propriétaire. Est-ce qu'on paie tous les frais même si c'est à lui que ça va rester? Je pense que c'est plus facile d'être propriétaire », indique Mme Pinard-Fontaine.

Le mentorat est un autre besoin majeur des femmes entrepreneures, selon les consultations menées par la CDEC.

Quand on se lance, je pense qu'on ne réalise pas à quel point il y a des choses à penser. Tout ce qui est service de caisse, les options de paiement, la comptabilité, les déclarations d'impôts, le coût de revient, le marketing, apprivoiser les réseaux sociaux, et j'en passe!

Émilie Pinard-Fontaine, copropriétaire du commerce Folle Théière

« Les commerces qui démarrent n'ont pas un énorme budget. Souvent, les gens se versent peu ou pas de salaire, donc elles ont besoin de cette aide technique là, mais de façon abordable et adaptée à leur horaire », affirme Hélène Rochon, chargée de projet à la CDEC de Sherbrooke. Un service de mentorat devrait être disponible d'ici quelques mois, en collaboration avec l'organisme Femmessor.

La démarche Les Entreprenantes vise également la création d'un espace de travail partagé pour aider les entrepreneures qui n'ont pas encore les moyens de se payer un local seule. Des pourparlers sont en cours. L'espace pourrait voir le jour d'ici six à sept mois, selon la CDEC.