NOUVELLES
08/03/2017 20:19 EST | Actualisé 09/03/2018 00:12 EST

Le Galala d'Edmonton célèbre ses vingt ans en fin de semaine

Le spectacle du Centre de développement musical de l'Alberta (CDM), qui est présenté en deux volets, met en scène de jeunes chanteurs, danseurs et musiciens âgés de plus de huit ans. En chanson, en danse ou par une prestation musicale, ils vivent très souvent une toute première expérience sur scène.

C’est une idée qu’a eue le contrebassiste Pierre-Paul Bugeaud d’Edmonton. Il souhaitait créer un événement à l’invitation du CDM, pour souligner la fête des Mères en 1998.

J’ai approché les petites nièces et d’autres amis de la famille. Pour ce premier spectacle, il y avait huit ou dix enfants.

Pierre-Paul Bugeaud, contrebassiste

Musicien dès la première heure, le contrebassiste a aussi pu compter sur l’assiduité du claviériste Dominique Roy, fidèle acolyte depuis le début.

Au fil des ans, le Galala a vu se succéder toute une série de jeunes aspirants, plusieurs qui ont persévéré. Paul Cournoyer et Éric Doucet, par exemple, ont depuis décroché un premier diplôme en musique.

On a chanté dans l’ensemble de Paul Cournoyer à l’Université Grant MacEwan, C’est un de mes anciens élèves en contrebasse, qui a participé à quelques reprises au Galala. C’est vraiment spécial de voir ça !

Pierre-Paul Bugeaud

Un tremplin pour les jeunes

C’est un spectacle qui offre aux jeunes aspirants la possibilité de se produire avec des professionnels, ce qui est un mariage essentiel, selon la directrice artistique Marie-Josée Ouimet.

C’est devenu un spectacle de variétés pour les jeunes qui veulent monter sur scène, encadrés par des professionnels.

Marie-Josée Ouimet, directrice artistique

Si plusieurs jeunes ont fait leurs premières armes au Galala pour satisfaire leurs envies, pour d’autres encore, cela a marqué le début d’une histoire d’amour avec la scène. Pour l'artiste Sympa César, ce véritable tremplin lui a permis de décrocher la première place au spectacle Polyfonik l’an dernier.

Le Galala a été ma première étape. C’est grâce à une amie que j’ai pu gagner la confiance pour y participer. C’est là où j’ai développé ma présence sur scène.

Sympa César, artiste de la scène

Évolution constante

La formule évolue toujours, comme en fait foi de nouvelles composantes cette année, dont une catégorie pour les dix-huit ans et plus.

Le Galala n’a plus d’âge limite, alors tentez votre chance.

Marie-Josée Ouimet, directrice artistique

Le répertoire passe aussi par plusieurs styles, comme le jazz, le blues, puis le folk, le rock et le roots. « C’est beaucoup moins électronique que par le passé, avec des moments intimes, » selon la directrice artistique, elle-même artiste de la scène.

Le spectacle en deux volets propose une série d’artistes le samedi 11 mars à 19 h 30 et d’autres encore à 14 h le dimanche 12 mars, au théâtre de La Cité francophone, à Edmonton.

Pour l’instigateur de l’événement il y a vingt ans, la persévérance se traduit par des résultats étonnants. Le cycle se poursuit avec des jeunes de huit ou dix ans qui montent sur scène avec un aplomb surprenant, selon Pierre-Paul Bugeaud, « et c’est sans savoir où cela peut mener! »