NOUVELLES
09/03/2017 08:32 EST | Actualisé 10/03/2018 00:12 EST

Gaza: une ONG accuse le Hamas de lui refuser des visites de détenus

Une ONG gazaouie a accusé jeudi les services de sécurité du Hamas, au pouvoir à Gaza, de l'avoir empêchée de rencontrer des prisonniers palestiniens en grève de la faim pour dénoncer leur incarcération.

Le ministère de l'Intérieur du Hamas a aussitôt réfuté ces accusations, affirmant "respecter la loi" et démentant le fait que des prisonniers refusent de se nourrir.

Le Comité indépendant des droits de l'Homme affirme dans un communiqué avoir réclamé "quotidiennement" un droit de visite après "des informations sur une grève menée par plusieurs (prisonniers) au sujet de leur liberté d'opinion et d'expression".

"En dépit de ces demandes, la Sûreté intérieure a refusé d'accorder un droit de visite et démenti qu'ils refusaient de s'alimenter". Ce refus "contrevient à la loi et sème le doute sur leur état de santé", accuse l'ONG.

Aucune précision n'a été fournie sur les prisonniers, leur nombre ou leurs conditions de détention.

De son côté, le porte-parole du ministère de l'Intérieur à Gaza, Iyad al-Bozoum, a dénoncé un communiqué "parsemé d'arguments fallacieux et d'inventions". "Nous ne détenons personne en raison de leurs opinions et aucun détenu n'est en grève de la faim, le ministère n'a rien à cacher aux organisations des droits de l'Homme qui visitent l'ensemble des lieux de détention", a-t-il répondu dans un communiqué.

Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza depuis 2007 à l'issue d'une quasi-guerre civile avec les forces de l'Autorité palestinienne, tient désormais tous les services de sécurité de l'enclave sous blocus israélien et égyptien.

De nombreux Palestiniens emprisonnés par Israël ont régulièrement recours à des grèves de la faim pour dénoncer leur détention et attirer l'attention sur leurs conditions.

my/sbh/lal/mer