DIVERTISSEMENT
09/03/2017 01:19 EST | Actualisé 09/03/2017 01:20 EST

Jérôme Couture a gagné sa place (ENTREVUE)

Le Pinch

La roue tourne. Alors que La voix couronnera prochainement un(e) cinquième gagnant(e) à TVA, certains candidats de la première cuvée, eux, proposent déjà un deuxième album, preuve qu’ils se sont véritablement taillé une place dans le cœur du public. Ce fut le cas, à l’automne, de Valérie Carpentier. Et aussi de Jérôme Couture.

Celui qui avait été finaliste dans l’équipe de Marc Dupré en 2013 lançait en octobre dernier l’opus à juste titre intitulé Gagner sa place, deux ans après son premier effort éponyme, lequel suivait sa sortie de La voix.

Bien avant sa mise en vente officielle, Gagner sa place faisait du bruit : le premier extrait, My Sweetest Thing, a roulé en boucle dans les radios pendant tout l’été, et Couture a même foulé les planches du Centre Bell auprès de son mentor Dupré, en juin, pour y offrir cette nouveauté et deux autres succès de son répertoire, Goodbye Girl et Comme on attend le printemps. Le jeune chanteur avait causé une joyeuse frénésie lors de son passage dans l’amphithéâtre, preuve que sa pop bien ficelée trouve écho dans plusieurs oreilles. Le deuxième échantillon de Gagner sa place, Plus fort que tout, connaît sensiblement le même sort que les autres airs tirés de ses deux disques en se laissant entendre abondamment et en faisant bonne figure aux palmarès.

Aujourd’hui, c’est dans les salles de spectacles de partout en province que Jérôme Couture s’amuse. Car, dit-il, la scène, c’est son «terrain de jeu», la raison pour laquelle il mord dans son métier. Après sa prestation à L’Astral, à Montréal en lumière, ce jeudi 9 mars, il s’arrêtera au Capitole de Québec le 13 avril, avant de poursuivre son chemin à Trois-Rivières, Brossard, Terrebonne, Saguenay, Granby, Saint-Hyacinthe, Sherbrooke et Joliette d’ici la fin de l’année (jeromecouture.net pour toutes les dates).

«Pour moi, le deuxième album, c’est le premier pas vers une carrière à long terme, explique Jérôme. La voix m’a aidé beaucoup, l’émission m’a donné une exposure immense et rapide, les gens m’ont suivi, c’a été trippant, j’en suis très content. Le deuxième album, c’est la vraie game qui commence, et j’en suis fier. J’ai une équipe de feu qui m’a aidé énormément. Moi, j’ai envie de bâtir quelque chose à long terme. Mon but n’a jamais été d’être connu rapidement. J’ai toujours voulu faire ça de ma vie, et je travaille pour ça.»

Assumer la pop

Petit à petit, l’artiste sent qu’il se détache de l’étiquette de La voix qui, de toute façon, estime-t-il, ne lui a pas collé à la peau trop longtemps.

«Je pense que je surfe de plus en plus sur ma propre vague, illustre-t-il. Déjà, le premier album a attiré dans mes spectacles des gens qui ne m’avaient pas vu à La voix. C’est ce que certaines personnes me disent. Et j’en suis heureux. J’ai l’impression que La voix m’a aidé, mais j’ai fait mon petit bonhomme de chemin, ce qui fait que le public et les médias me suivent encore. J’ai du fun

Ce fun, Jérôme Couture le trouve pleinement dans son style pop, très rassembleur, un genre snobé par plusieurs, mais dans lequel lui évolue comme un poisson dans l’eau.

«J’aime la pop, argue-t-il. Dans la bouche de certaines personnes, ça sonne parfois négatif, mais moi, j’adore la pop. J’ai étudié en jazz, j’ai fait du classique, je connais ma musique, je joue de plein d’instruments. Je suis capable de faire du dodécaphonisme, mais ce n’est pas ce que j’ai envie de faire. Moi, ce qui me parle, c’est la musique pop. J’aime danser, je suis un gars de bonne humeur, et je pense que faire de la bonne pop, c’est un art qui n’est pas aussi facile qu’on le croit.»

Jérôme Couture ne ferme pas la porte à tenter sa chance en Europe éventuellement et, pourquoi pas, à risquer un album en anglais dans quelques années. Mais ce ne sont là que des rêves pour l’instant. En ce moment, le garçon souhaite simplement conserver intact son plaisir de chanter.

«Je veux seulement continuer comme ça, et que mon projet continue de grandir. Que des gens me suivent, aiment ma musique, m’aiment pour ce que je fais, achètent mes trucs parce que ça leur fait du bien. Avoir une belle complicité avec le public et faire le plus de spectacles possible. Les shows, c’est ma vie! Je veux avancer, tout en continuant de bien travailler mes chansons, pour moi comme pour d’autres», termine Jérôme Couture.

À voir également :