NOUVELLES
09/03/2017 07:36 EST | Actualisé 10/03/2018 00:12 EST

Donald Tusk est réélu à la tête du Conseil européen

BRUXELLES — Les leaders de l'Union européenne ont confié à Donald Tusk un deuxième mandat à la tête du Conseil européen jeudi, en dépit de l'opposition musclée de sa Pologne natale au cours des dernières semaines.

M. Tusk s'est immédiatement attaqué à une tâche colossale: transformer un bloc qui semble aller de crise en crise en une alliance solide, à un moment où le Royaume-Uni s'apprête à claquer la porte.

Il a promis sur Twitter qu'il fera de son mieux «pour rendre l'UE meilleure».

La Pologne avait tenté de faire reporter le vote en raison de son mécontentement envers M. Tusk. Le gouvernement polonais s'est toutefois retrouvé complètement isolé au moment du vote. Une animosité politique de longue date entre M. Tusk et les dirigeants actuels de la Pologne est à l'origine de la situation.

La porte-parole du parti Droit et justice, Beata Mazurek, a prévenu que cette décision aura un impact sur le fonctionnement de l'union dans l'avenir et que «ce ne sera plus une question d'unité».

Mais d'autres leaders, comme le président français François Hollande, ont prévalu en faisant valoir que rien ne justifiait le report du vote. Il a dit ne pas comprendre comment un seul pays pourrait résister quand tous les autres sont d'accord.

Le poste de M. Tusk compte parmi les plus prestigieux de toute l'Union européenne. Il sera appelé à présider des sommets, à coordonner le travail des États membres et à s'assurer, autant que possible, que les 28 pays s'exprimeront d'une seule voix sur la scène internationale.

Confrontée à l'une des pires crises de son histoire avec le départ prochain du Royaume-Uni, l'Union européenne ne souhaitait pas s'enliser dans une course au leadership acrimonieuse.

Le gouvernement nationaliste de la Pologne appuyait la candidature de Jacek Saryusz-Wolski, un parlementaire peu connu, pour remplacer M. Tusk, dont le mandat se termine le 31 mai. Mme Mazurek a déclaré que c'est du jamais vu de choisir un président malgré l'opposition de son pays d'origine.

M. Tusk est l'ancien premier ministre de la Pologne et un rival politique de longue date du premier ministre actuel, Jaroslaw Kaczynski.