NOUVELLES
08/03/2017 21:00 EST | Actualisé 09/03/2018 00:12 EST

Des chiens dans les parcs et sentiers de Gatineau?

La Ville de Gatineau pourrait permettre aux résidents de promener leur chien dans les parcs et sentiers récréatifs à condition qu'ils soient tenus en laisse.

Présentement, la municipalité autorise de telles activités dans une vingtaine d'endroits. Mais, Radio-Canada a appris que des élus municipaux demanderont un assouplissement dans quelques jours, lors d'une présentation sur la règlementation liée aux parcs à chiens.

Le parc Lanthier est l'un des sept parcs de Gatineau où les chiens peuvent courir librement. Ce parc sans l'obligation de garder les chiens en laisse pourrait bien devenir le symbole d'un nouveau débat au conseil.

À plusieurs reprises, les voisins du parc Lanthier ont demandé aux élus de bannir les chiens sur ce terrain boisé près leur propriété.

Le conseiller du district, qui habite lui-même près du parc, les appuie dans ce dossier. Il a convaincu ses collègues d'appuyer une dépense de 20 000 $ pour créer un nouveau parc sans laisse, dans un secteur moins habité.

« C'est un enjeu de sécurité. Il y a aussi d'autres enjeux, autant que les propriétaires de chiens n'ont pas été consultés pour le changement, autant les gens ici n'ont pas été consultés en 2008 quand la ville a décidé que c'était pour être un parc à chiens sans laisse », affirme le conseiller du district de Buckingham, Martin Lajeunesse.

L'Association des propriétaires de chiens pense que d'autres solutions auraient pu être envisagées, notamment que le parc soit clôturé. Alors que le conseil s'apprête à revoir ses règlements, elle souhaite que les élus soient à l'écoute de tous les besoins.

« C'est un sujet très polarisant, mais la cohabitation est possible à condition de changer les mentalités et qu'il y ait une certaine tolérance des uns et des autres », explique le président de l'association, Peter Alexander.

Gatineau compte plus de 25 000 propriétaires de chiens et la conseillère Louise Boudrias est d'avis qu'il faudrait non seulement leur offrir des aires sans laisse, mais aussi leur permettre d'utiliser les parcs et les sentiers récréatifs.

« Il y a beaucoup de citoyens qui ont des chiens et je pense qu'on est rendus là. Évaluons tout ça. Est-ce qu'il y a des endroits où on peut le permettre? », a-t-elle soulevé.

Son collègue Marc Carrière, conseiller du district de Masson-Angers, est d'accord à condition que le tout soit encadré et que les budgets le permettent.

« Est-ce que ça cadre dans nos priorités? C'est pour ça qu'il faut avoir le portrait global et comprendre vraiment les besoins », a-t-il dit.

La présentation sur les parcs à chiens sera faite le 21 mars prochain et la ville pourrait entamer le processus de modifications de ses règlements vieux de près de 10 ans.