NOUVELLES
09/03/2017 03:03 EST | Actualisé 10/03/2018 00:12 EST

Combats en Birmanie: 20.000 civils ont fui en Chine

La Chine a annoncé jeudi avoir accueilli "par souci humanitaire" plus de 20.000 réfugiés birmans après des affrontements meurtriers en Birmanie, près de la frontière chinoise, entre l'armée régulière et des rebelles.

Les zones montagneuses et isolées du nord de la Birmanie sont régulièrement le théâtre de combats. L'armée birmane y affronte des groupes rebelles armés issus de minorités ethniques et militant pour davantage d'autonomie.

Des milliers de personnes avaient fui mardi la région de Kokang (nord-est) près de la frontière chinoise, au lendemain d'une éruption de violence qui avait fait au moins 30 morts.

"Depuis l'éclatement du conflit, plus de 20.000 Birmans habitant dans la zone frontalière sont entrés en Chine pour fuir temporairement la guerre", a déclaré jeudi Geng Shuang, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Par souci humanitaire, la Chine leur a fourni l'assistance nécessaire", a-t-il indiqué sans fournir davantage de détails.

Par ailleurs, un habitant chinois a été blessé cette semaine par un projectile envoyé depuis la Birmanie, a confirmé Pékin.

M. Geng a de nouveau exhorté les deux camps à "cesser le feu immédiatement" et à "prendre des mesures (...) pour rétablir la paix et la stabilité dans les régions frontalières".

La région birmane de Kokang, peuplée de nombreux habitants d'origine chinoise, s'était déjà embrasée en 2015. Des milliers de civils avaient alors trouvé refuge en Chine.

Depuis son indépendance en 1948, la Birmanie, où vivent plus de 130 ethnies différentes, est confrontée au soulèvement de groupes qui réclament plus d'autonomie. Depuis sa victoire historique aux élections de 2015, la dirigeante de facto Aung San Suu Kyi a fait du processus de paix une de ses priorités.

Mais ces derniers mois, le pays a connu les combats les plus violents depuis des décennies entre des groupes rebelles et l'armée, qui reste ultra-puissante grâce à une constitution héritée de l'époque de la junte.

ehl/bar/pt