NOUVELLES
09/03/2017 05:40 EST | Actualisé 10/03/2018 00:12 EST

C1: la presse brésilienne encense "Neymaravilha"

La presse brésilienne a salué de façon enthousiaste la performance de Neymar, qui a éclaboussé de son talent la "remuntada" historique de Barcelone face au PSG (6-1) mercredi, qualifiant les catalans en quarts de finale de la Ligue des Champions.

Le journal O Globo ne s'y trompe pas, avec pour titre "Neymaravilha", une contraction du nom de l'attaquant avec le mot "merveille" en portugais.

"En plus de son génie connu de tous, il y a ajouté une dose de leadership, de sens de l'initiative et de sang-froid", souligne le quotidien de Rio de Janeiro, impressionné notamment par le fait que Neymar ait pris la responsabilité de tirer pénalty dans les arrêts de jeu en lieu et place de Lionel Messi.

Le capitaine de la Seleçao a fait basculer la rencontre alors que tout semblait perdu, quand le score de 3-1 en faveur du Barça qualifiait encore le PSG, qui l'avait emporté 4-0 à l'aller.

Le Brésilien a inscrit un doublé, avec un coup-franc magistral (88e), un pénalty (90+1), avant de donner une passe décisive pour Sergi Roberto, qui a marqué le but de la qualification au bout du suspense (90+5).

En début de seconde mi-temps, il avait déjà provoqué un premier pénalty, transformé par Messi.

"Les miracles existent. Avec trois buts dans les sept dernières et un match de gala de Neymar, Barcelone a obtenu une qualification historique", rappelle Folha de Sao Paulo.

"Neymar a fait un grand match, prenant ses responsabilités et s' affirmant comme le leader de son équipe", abonde le quotidien sportif Lance.

Le Brésiliens du PSG, eux, en prennent pour leur grade. Thiago Silva, déjà épinglé pour sa fragilité mentale alors qu'il était capitaine de la Seleçao qui a sombré à domicile lors du Mondial-2014, a avoué au site Globoesporte.com que les parisiens ont "manqué de courage".

"Neymar nous a rendus fous. C'est un gamin qui n'hésite pas à assumer ses responsabilités. Plus on le titille, mieux il joue", a avoué le défenseur.

"C'est difficile de décrire nos sentiments, mais on peut parler de honte et de frustration", a déclaré pour sa part l'attaquant Lucas au même site, dans la zone mixte du Camp Nou.

lg/al