NOUVELLES
08/03/2017 10:20 EST | Actualisé 08/03/2017 10:22 EST

La Maison-Blanche a eu tout faux avec ce communiqué sur le plan d'investissement d'ExxonMobil

Plusieurs passages du communiqué de Washington ont été copiés/collés de celui de l'entreprise pétrolière.

On savait la nouvelle administration de Washington (très) proche du groupe pétrolier et gazier ExxonMobil. Mi-décembre, le PDG de la société, Rex Tillerson, a ainsi été nommé secrétaire d'État américain auprès de Donald Trump.

 

Ce 6 mars, la Maison-Blanche a fait une nouvelle démonstration, cette fois-ci involontaire, de cette proximité. Pour saluer un plan d'investissement de 20 milliards de dollars mené par ExxonMobil dans le golfe du Mexique, elle a en effet publié un communiqué dont des morceaux entiers sont similaires au communiqué publié une demi-heure plus tôt par l'entreprise elle-même.

 

Les ressemblances ont frappé un journaliste du Washington Post, qui a partagé les deux textes sur Twitter. Le communiqué de la Maison-Blanche est à gauche, celui d'ExxonMobil à droite.

Les deux paragraphes surlignés en jaune par le journaliste sont proprement identiques, à l'exception de deux virgules et de la formulation "United States Gulf Coast" choisie dans le communiqué de la Maison-Blanche, préférée à "U.S. Gulf Coast".

 

Mieux, une citation de Darren Woods, le successeur de Rex Tillerson à la tête d'ExxonMobil, a elle aussi été copiée/collée dans le communiqué de la Maison-Blanche. Le problème? Les guillemets ont été retirés. Les propos du PDG ont donc été mis dans la bouche de Donald Trump.

Un plan rendu possible "grâce à" l'administration Trump, vraiment?

Mais ce n'est pas la seule fausse note de la Maison-Blanche autour de cette annonce. Dans la foulée du communiqué, Donald Trump en a rajouté une couche en publiant une vidéo sur son compte Twitter, dans laquelle il se réjouit des 45.000 emplois créés sur les dix prochaines années grâce au plan d'investissement.

"Cela a été rendu possible, pour une grande partie, grâce à notre politique, la politique de cette nouvelle administration, la régulation et tant d'autres choses", explique le président américain.

"Un optimisme incroyable balaie le pays en ce moment - l'emploi est de retour grâce à nous!"

Mais, comme l'expliquent les communiqués eux-mêmes, ce plan d'investissement a été lancé en 2013, sous la présidence de Barack Obama. Rien à voir, donc, avec l'action du nouveau gouvernement américain.

VOIR AUSSI: