NOUVELLES
08/03/2017 01:07 EST | Actualisé 08/03/2017 03:53 EST

Que pense la CIA de votre logiciel antivirus?

Si vous voulez donner des maux de tête aux pirates informatiques à la solde des renseignements américains, dépêchez-vous d'installer le logiciel Comodo pour protéger vos ordinateurs et téléphones.

Un pirate présumé écrit, dans les milliers de pages récemment mises en ligne par le site WikiLeaks, que Comodo est "un gigantesque empêcheur de tourner en rond. Il attrape littéralement tout, tant qu'on ne lui dit pas d'arrêter". Le pirate n'est toutefois pas impressionné par Comodo 6, qui contiendrait une brèche géante.

LIRE AUSSI

»La CIA contrôlerait les télés intelligentes à distance

»Apple a colmaté les brèches de l'iPhone exposées par Wikileaks

Le patron de Comodo, Melih Abdulhayoglu, s'est dit "fier" que son produit puisse embêter la CIA, avant de rappeler que la version actuellement sur le marché est Comodo 10 et que Comodo 6 est un produit désuet qui date de 2013.

Le seul rival sérieux de Comodo aux yeux des pirates semble avoir été le logiciel roumain Bitdefender _ ou peut-être pas. Un message mis en ligne par un pirate semble laisser entendre qu'on peut contourner les protections de Bitdefender avec un peu d'ingéniosité, mais un autre réplique que cela n'est tout simplement pas possible.

Le logiciel antivirus Kaspersky, qui compte parmi les plus populaires du monde, serait affligé d'une "faille qui nous permet de contourner (...) ses protections", écrit un pirate. Le fondateur Eugene Kaspersky affirme toutefois que ce problème a été réglé il y a plusieurs années. Une deuxième brèche aurait été colmatée en décembre 2015.

Le logiciel Avira, selon un pirate, est "typiquement facile à contourner", tandis que la CIA disposerait d'une "petite astuce totalement géniale" pour défaire AVG.

Enfin, le logiciel finlandais F-Secure est qualifié de "produit de bas de gamme qui ne nous cause que des problèmes mineurs". La compagnie souligne toutefois que son produit est décrit ailleurs, tout comme Avira, comme un "fauteur de troubles ennuyeux". Elle se demande pourquoi la CIA a choisi de ne pas informer les entreprises des failles détectées dans leurs produits.

"(La CIA) a décidé qu'il était plus important de fermer les yeux sur la sécurité de tous (...) pour peut-être utiliser les vulnérabilités à ses propres fins ou à des fins de lutte au terrorisme", écrit dans un communiqué le chef de la recherche de F-Secure, Mikko Hypponen.