NOUVELLES
07/03/2017 05:42 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Syrie: des forces du régime postées entre Kurdes et Turcs (responsable local)

Des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington se sont retirés de plusieurs villages du nord de la Syrie au profit des forces du régime en vertu d'un accord visant à éviter une confrontation avec la Turquie, a indiqué mardi un responsable local.

Le contrôle de "certains villages et positions dans la partie occidentale de la ville d'Al-Areima a été remis aux gardes-frontière du régime", a indiqué à l'AFP Sherfan Darwish, porte-parole du conseil militaire de Minbej, qui fait partie des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de combattants kurdes et arabes.

Cette mesure a été prise "afin de limiter l'expansion turque et (...) d'éviter une effusion de sang au sein de la population civile".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé de son côté que le drapeau syrien avait été dressé lundi dans plusieurs villages de cette région.

Mais, selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, "les membres du Conseil militaire de Minbej ont simplement mis des habits de l'armée et hissé le drapeau syrien dans le but d'éviter toute friction avec les Turcs".

Les médias syriens n'ont pour l'heure pas communiqué sur cet éventuel transfert.

Le Conseil militaire de Minbej avait annoncé la semaine dernière un accord conclu avec la Russie en vertu duquel des troupes gouvernementales seraient déployées dans une zone tampon entre les FDS et les rebelles alliés à l'armée turque.

Ankara a lancé en août dernier une opération baptisée "Bouclier de l'Euphrate" visant le groupe jihadiste Etat islamique (EI) mais également les FDS, dominées par les Kurdes, qu'Ankara considère comme des "terroristes".

Dans le cadre de cette opération, les forces turques avaient récemment pris aux jihadistes Al-Bab. Al-Areima est située à mi-chemin entre les villes d'Al-Bab et de Minbej, sous contrôle des FDS.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé la semaine dernière que le prochain objectif de l'offensive serait Minbej. Mais Ankara a fait machine arrière lundi, affirmant qu'il n'agirait pas sans coordination avec les Etats-Unis et la Russie.

Les chefs d'état-major turc, russe et américain se sont réunis mardi en Turquie pour discuter notamment de la Syrie.

Les Etats-Unis ont annoncé lundi avoir envoyé des soldats supplémentaires à Minbej pour empêcher des parties rivales de se tourner les unes contre les autres au lieu de combattre l'EI.

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie qui a fait plus de 310.000 morts est devenue très complexe avec l'implication de groupes jihadistes, de forces régionales et de puissances internationales, sur un territoire très morcelé.

del-lar-sah/nbz-bpe/vl