NOUVELLES
07/03/2017 15:43 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Salon de l'auto de Québec : une voiture à hydrogène attire les curieux

Contrairement aux années précédentes, la vedette du Salon international de l'auto de Québec n'est pas une voiture sport, mais bien une voiture fonctionnant à l'hydrogène.

Sous son capot de berline, la Toyota Mirai cache un moteur à l'hydrogène qui donne une autonomie de 500 kilomètres au bolide.

« Avec l’hydrogène dans les réservoirs du véhicule et en utilisant l’oxygène qu’il y a dans l’air, on fait une réaction chimique. On produit d’un côté de l’électricité qui va servir à alimenter un moteur électrique pour propulser la voiture, et de l’autre côté, on va produire de l’eau. L’eau est le seul rejet que va produire le véhicule », explique Romaric Lartilleux, représentant pour Toyota.

M. Lartilleux croit que l’alimentation à l’hydrogène est bien moins contraignante que l’électricité. « L’avantage c’est qu’on peut faire le plein d’hydrogène en 3 à 5 minutes », explique-t-il.

Selon lui, ce type de véhicule serait plus adapté à la rigueur des hivers québécois. « C’est un véhicule qui fonctionne bien dans les conditions froides. C’est idéal pour le Québec. Vous n’avez pas de perte d’autonomie », dit-il.

La Toyota Mirai est actuellement en vente aux États-Unis, au Japon et dans quelques pays européens. L’obstacle à son arrivée au Canada est l’absence d’un réseau de distribution d’hydrogène sur le territoire canadien.

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a pu faire un essai routier du véhicule. Il s’est dit confiant que cette technologie peut faire sa place au Québec.

« Le défi, ce sont les sources d’alimentation […]. Le président de Toyota Canada va me faire une proposition sur le déploiement », a soutenu le ministre.

Chez nos voisins du sud, la Toyota Mirai se détaille 57 000  $ américains.