NOUVELLES
07/03/2017 06:35 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Regard impitoyable d'Adib Alkhalidey sur la société actuelle

MONTRÉAL — Si Adib Alkhalidey déteste l'hiver, en revanche, il aime bien les Québécois et il en a parfaitement saisi l'essence même. Avec beaucoup d'aisance, il s'amuse à reconstituer des scènes hilarantes dont il a été témoin lors de ses emplois dans différents resto-rapides ou dépanneurs.

D'entrée de jeu, il se décrit avec beaucoup de dérision: «Arabe…, médiatiquement, c'est pas notre force». Puis il enchaîne en expliquant que sa mère, une Marocaine d'origine, est imbattable quand il s'agit de critiquer les Arabes. Puis les sujets s'enchaînent sur sa difficulté à trouver un emploi alors qu'il n'a pas «une face de service à la clientèle». Il faut l'entendre reconstituer une conversation de filles dans la salle des toilettes d'un restaurant, puis des ados en salle de classe ou le français massacré sur les réseaux sociaux.

Mais au-delà de tous ces tableaux hilarants, Adib profite de son monologue sur l'homosexualité pour promouvoir l'amour tellement plus discret, plus timide, plus silencieux que la haine si présente par ces temps de grande perturbation. Il fera remarquer qu'on s'offusque devant deux hommes qui s'embrassent mais non pour les milliers qui se font la guerre. «Adib Alkhalidey - Je t'aime», le vendredi 17 mars, 20h, à Unis tv.

Mourir à 27 ans

Jim Morrison, cofondateur et chanteur du groupe The Doors, meurt le 3 juillet 1971, à Paris. Il n'avait que 27 ans comme plusieurs autres artistes dont Kurt Cobain, Jimi Hendrix, et plus récemment, Amy Winehouse, figurant au Club des 27, comme si un mauvais sort planait sur le monde musical.

Ayant rendu l'âme dans sa baignoire, le médecin appelé sur les lieux a déclaré qu'il était mort d'une crise cardiaque. Mais à «Hollywood Autopsy», le docteur Michael Hunter, médecin légiste, a révisé son dossier médical puisqu'aucune autopsie n'a été pratiquée suite à son décès, de même qu'aucune analyse. On revoit donc les trois derniers jours de sa vie, 45 ans plus tard, avec un soin méticuleux pour chaque détail de ses dernières heures. En compagnie de Pamela Courson, son amour et son héritière, on reconstitue cette étape mystérieuse.

Parce qu'il avait débuté la consommation d'alcool à l'adolescence, puis parce qu'il avait un gros appétit et fumait immodérément, il a fortement endommagé sa santé. Lorsque la cocaïne puis l'héroïne se sont ajoutées au menu, des problèmes respiratoires se sont ajoutés et ont accéléré le début de la fin. À Investigation, ce samedi, 22h.

La porno, comme un bonbon

«La porno, c'est comme un bonbon consommé entre deux bons repas» dira le Dr Jim Ffaus, neuroscientifique. Lili Boisvert, animatrice de «Sexplora», a voulu savoir s'il était sain ou néfaste de consommer de la porno. Considérée comme un produit culturel comme les autres, on souligne le fait que la femme y est présentée comme une image du désir alors que l'homme représente la machine qui doit performer. Avec des chercheurs impliqués dans le domaine, on évalue l'impact de la porno tant chez les femmes que chez les hommes. À Explora, le vendredi 17 mars, 22h30.

Outremontais dans sa jeunesse, Michel Girouard était voisin de Pierre-Elliott Trudeau et de Robert Bourassa. Bien que, très jeune, il était fasciné par le music-hall, il est arrivé en douce dans le monde du show-business où il a toujours su qu'il aurait sa place. Rapidement, il se fait un nom auprès de notre faune artistique puis devient membre du jet-set international. Il raconte ses années alors qu'il avait contracté mariage avec Réjean Tremblay bien avant que le mariage gay soit reconnu par la loi, puis ses amitiés avec le prince Egon Von Furstenberg, Versace et plusieurs autres. «Michel Girouard: la rumeur court toujours», à RDI, le vendredi 17 mars, 20h.

Autant par sa personnalité extravagante, fascinante et contradictoire que par ses dispositions de leader, cet amateur de cigares a su faire face à l'adversité, parvenant toujours à reprendre pied malgré les obstacles sur sa route. Sir Winston «Churchill, un géant dans le siècle», personnage incontournable, est de ceux qui ont écrit une page d'histoire dans la vie politique. On retrouve le phénomène à TV5, le lundi 13 mars, 20h.

À RADIO-CANADA: les personnages du téléroman «L'auberge du chien noir» qui prendra fin après 15 saisons de fidélité, sont attendus, ce samedi, 18h30 à «En direct de l'univers». Pour l'occasion, l'émission sera prolongée d'une demi-heure. À «Unité 9», Marie (Guylaine Tremblay) est attendue à Lietteville pour un suivi avec Martin (Normand Daneau). Fidèle à lui-même, Despins (François Papineau) continue de faire la vie dure à l'entourage, le mardi 14 mars, 20h.

À TVA: une heure de rivalités entre humoristes dans des numéros inédits. On verra à l'oeuvre Laurent Paquin, Guillaume Wagner, Maxim Martin, Philippe Bond, François Massicotte, Adib Alkhalidey, à «Juste pour rire / 17 - Les Rivalités - Le gala exclusif», le jeudi 16 mars, 20h.

AU CANAL D: «Le prix du paradis», documentaire de Guillaume Sylvestre, narré par Denys Arcand, nous propulse en Floride, chez Aztec R.V. Resort, un camping pour gens riches. Millionnaires et gens d'affaires, armés de leurs joujoux luxueux, s'amusent à profiter de la vie après avoir consacré tout leur temps à se bâtir une retraite aisée, ce dimanche, 21h.

À RDI: le mercredi 15 mars, 20h, le documentaire «Bagdad, chronique d'une ville emmurée» donne un aperçu de la vie dans cette ville habitée par les sunnites et les chiites et où le danger est toujours présent. Les gens redoutent toujours les kamikazes qu'ils risquent de croiser à n'importe quel coin de rue. Dans l'espoir de se protéger, on a érigé des murs selon les quartiers pour empêcher les terroristes d'aller et venir. Le mercredi 15 mars, 20h.