NOUVELLES
07/03/2017 07:54 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Paris-Nice - 3e étape: déclarations

Sam Bennett (IRL/Bora), vainqueur de l'étape: "C'est ma première victoire à ce niveau et j'en suis très fier. J'avais confiance en arrivant sur Paris-Nice. Il me fallait avoir un peu de chance, j'ai dû laisser la roue de mes coéquipiers aux 2 kilomètres à cause d'un rond-point. Heureusement, j'ai pu avoir l'aide de Konrad ensuite puis je me suis lancé dans le sprint sans trop savoir où je me trouvais. En tant que sprinteur, je pense avoir la vitesse mais je n'ai pas la puissance la plus grande. D'habitude, je suis plus à l'aise quand les parcours sont vallonnés. Ce que m'a apporté l'arrivée de Sagan dans l'équipe ? J'ai appris à me détendre. Lui ne stresse jamais même quand il reste seulement un kilomètre."

Arnaud Démare (FRA/FDJ), leader: "C'est une petite déception à cause du sprint. Cela s'est refermé devant moi et j'ai perdu beaucoup de vitesse. Après, c'était trop compliqué pour revenir. La consolation, c'est le maillot jaune. J'ai progressé dans les contre-la-montre mais la montée finale ne m'est pas favorable. En tout cas, je vais le faire à fond. Il faut faire honneur au maillot jaune. Aujourd'hui, j'ai pu savourer de porter ce maillot. Il y avait nettement moins de stress, même si nous n'avons rattrapé les deux derniers échappés que dans le dernier kilomètre."

Julian Alaphilippe (FRA/Quick Step), 2e du classement général: "Ce Paris-Nice a été très difficile à cause de la météo sur les deux premiers jours. Mais le plus dur reste à venir. Le contre-la-montre ? j'espère ne pas perdre trop de temps sur les meilleurs, limiter la casse. Faire comme l'an dernier au Tour de Californie, quand j'avais fait le chrono de ma vie."

Pierre Latour (FRA/AG2R La Mondiale), échappé: On est sorti dès le départ. Je craignais que ça se passe comme les deux premiers jours, je voulais anticiper. On s'est retrouvé à trois devant, on s'est bien entendu dès le début. On a géré l'écart pour essayer de tout lâcher dans le final. Je savais qu'il y avait 99 % de chances que ça rentre, je ne me faisais pas trop d'illusions mais je donnais tout ce que j'avais, comme Romain (Combaud). Maintenant, il me faut récupérer. Il y a de bonnes choses à faire avant la fin de Paris-Nice."

jm/syd