NOUVELLES
07/03/2017 06:05 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Norvège: le fonds souverain bannit 10 groupes liés au charbon

Le fonds souverain norvégien, le plus gros au monde, a banni dix nouvelles entreprises liées au charbon, énergie fossile néfaste pour le climat, a annoncé mardi la Banque de Norvège, sans satisfaire pleinement les défenseurs de l'environnement.

Le fonds, qui gère 7.636 milliards de couronnes (854 milliards d'euros), ne peut être investi dans des compagnies minières ou des énergéticiens chez qui le charbon plus de 30% du chiffre d'affaires ou de l'activité, avait décidé le Parlement norvégien en juin 2015, quelques mois avant la conférence de Paris sur le changement climatique.

Ces nouvelles exclusions portent à 69 le nombre d'entreprises figurant pour ces motifs sur sa liste noire.

Les défenseurs de l'environnement restent cependant sur leur faim, estimant à environ 120 le nombre de groupes qui devraient tomber sous le coup d'une telle mesure.

"Le boulot n'est qu'à moitié fait", a estimé Christoffer Klyve, responsable de l'ONG norvégienne L'Avenir entre nos mains (FIVH), dans un communiqué commun avec Greenpeace et l'organisation allemande Urgewald.

Le fonds détient toujours plus de 26 milliards de couronnes dans 32 compagnies minières et producteurs d'électricité présents dans le charbon, affirme le trio d'ONG. S'y ajoutent, selon elles, plus de 2 milliards de participations dans 15 entreprises transportant du charbon ou construisant des centrales électriques tournant avec cette énergie fossile.

Elles regrettent notamment que le fonds soit toujours présent au capital d'entreprises comme l'allemande RWE, les chinoises Harbin Electric et Shanghai Electric Group, ou encore l'indienne Power Finance Corporation.

Sur les dix nouvelles entreprises exclues, on compte deux américaines, deux chinoises, une sud-coréenne, une malaisienne, une brésilienne, une polonaise, une tchèque et une autre ayant son siège à Hong Kong.

La Banque de Norvège a en outre placé deux autres groupes américains sous observation, portant à 13 leur nombre total.

Parmi les autres critères qui le régissent, le fonds doit s'abstenir d'investir dans les entreprises coupables de violations graves des droits de l'Homme, dans celles qui fabriquent des armes nucléaires ou "particulièrement inhumaines", et dans les producteurs de tabac.

phy/hh/mr

RWE