NOUVELLES
07/03/2017 02:47 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Moscou réfute à la CIJ les accusations ukrainiennes de "terrorisme"

La Russie a affirmé mardi ne voir "aucune base légale ou factuelle" aux accusations de Kiev, qui assure devant la Cour internationale de Justice (CIJ) que Moscou "soutient le terrorisme" dans l'est de son territoire, déchiré par des affrontements depuis près de trois ans.

"La Fédération de Russie respecte l'ensemble de ses obligations désignées dans les traités sur lesquels s'appuie l'Ukraine" pour défendre sa position devant la CIJ, a affirmé aux juges le directeur des affaires juridiques au sein du ministère russe des Affaires étrangères, Roman Kolodkin.

"Nous ne notons aucune base légale ni factuelle" pour les mesures exigées par Kiev, a-t-il ajouté.

L'Ukraine avait demandé lundi d'ordonner des mesures urgentes afin que Moscou mette fin "à tout appui" financier, armé ou humain, aux rebelles, et à ce que Kiev qualifie de "discrimination" envers les minorités de la Crimée annexée par la Russie.

L'est de l'Ukraine est en proie depuis près de trois ans à des affrontements qui ont mené à un refroidissement des relations entre Moscou et l'Occident, désormais au plus bas depuis la Guerre froide. Le conflit a fait environ 10.000 morts depuis son déclenchement en avril 2014, un mois après l'annexion de la Crimée par la Russie.

L'Ukraine a introduit à la mi-janvier sa requête auprès de la Cour, après plusieurs années passées, dit-elle, à protester contre le financement présumé par Moscou des rebelles séparatistes combattant contre ses forces gouvernementales.

Kiev souhaite également voir la Russie "réparer intégralement le préjudice causé par tout (...) acte de terrorisme que la Fédération de Russie a causé, facilité ou favorisé". Y compris le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu par un missile dans l'est de l'Ukraine. Kiev accuse la Russie d'avoir une responsabilité dans cette destruction, ce que dément Moscou.

jhe/mbr/jkb/cr