NOUVELLES
07/03/2017 08:29 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Les Serbes de Croatie se disent victimes d'une "éruption de haine"

Les Serbes de Croatie, la plus importante minorité de ce pays, ont dénoncé mardi une "éruption de haine" dont ils se disent la cible et ont appelé le gouvernement à agir.

Le Conseil national serbe (SNV), la principale organisation des Serbes de Croatie, a recensé 331 actes de violences, de discours de haine et autres formes de discriminations en 2016, soit une hausse de 60% par rapport à l'année précédente.

Le chef politique de la communauté et député au parlement croate, Milorad Pupovac, a dénoncé une "éruption de haine (...) et l'émergence d'un sentiment antiserbe".

"Il y a des centaines d'autres" cas qui n'ont pas été enregistrés, a-t-il déclaré à la presse, à l'occasion de la présentation du rapport annuel du SNV à Zagreb.

"Cela ne concerne pas seulement une minorité (...) mais la société entière", a mis en garde M. Pupovac.

Les Serbes représentent environ 4% des 4,2 millions d'habitants de la Croatie, pays membre de l'Union européenne depuis 2013. Ils représentaient 12% de la population avant la guerre d'indépendance (1991-95).

Le respect des droits de la communauté serbe avait été un des principaux critères préalables à l'adhésion de la Croatie au bloc européen.

Les relations entre les Croates et la minorité serbe restent fragiles plus de vingt ans après la guerre qui avait suivi la proclamation d'indépendance en 1991 de la Croatie, à laquelle s'étaient opposés les rebelles serbes.

Les relations entre la Serbie et la Croatie connaissent un regain de tension depuis plusieurs mois.

M. Pupovac a déploré le manque de "réactions publiques et politiques" face à ces actes d'intolérance.

Au pouvoir depuis octobre, le Premier ministre conservateur Andrej Plenkovic s'est engagé à instaurer une "atmosphère de tolérance" dans son pays.

Fin février, des dizaines de militants d'un parti d'extrême droite ont défilé dans le centre de Zagreb, entonnant "Za dom spremni" (Prêts pour la patrie), un chant du régime croate pronazi pendant la Deuxième guerre mondiale.

Deux jours plus tôt, des affiches antiserbes étaient apparues sur des abribus à Vukovar (est) : il s'agissait d'un dessin représentant des corps pendus à un arbre avec pour légende "L'arbre généalogique serbe". Un suspect âgé de 19 ans a été arrêté.

ljv/rob/rus/ng/bds