NOUVELLES
07/03/2017 04:20 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Le sud du Népal est paralysé par une grève après la mort de trois manifestants

KATMANDOU, Népal — Le sud du Népal était essentiellement paralysé par une grève générale mardi, après que trois manifestants eurent été abattus par la police la veille.

La grève organisée par des groupes ethniques a entraîné la fermeture des marchés, des écoles et du transport en commun.

Des policiers ont ouvert le feu lundi quand des manifestants ont voulu interférer avec un rassemblement politique communiste, faisant au moins trois morts et des dizaines de blessés.

Mardi, des manifestants ont bloqué les principales autoroutes et l'accès aux villes pour faire respecter l'ordre de grève. Ils ont attaqué plusieurs bureaux gouvernementaux et incendié un véhicule de la Commission nationale des droits de la personne, dont une équipe était sur place pour surveiller la situation.

On rapporte des échauffourées entre policiers et manifestants, mais aucun blessé.

La commission enquête sur les agissements de la police, la veille, et surveille l'évolution de la situation.

Un porte-parole de la police a affirmé que les policiers avaient tenté lundi de maîtriser la foule avec des matraques et des gaz lacrymogènes avant d'avoir recours à leurs armes. Bai Krishna Panthi a confirmé la mort de trois manifestants et dit que 33 policiers ont aussi été blessés. Il ne disposait pas du nombre de civils blessés.

La police a resserré la sécurité dans le sud du pays et augmenté le nombre de patrouilles sur les autoroutes, qui étaient essentiellement désertes en raison de la grève.