NOUVELLES
07/03/2017 04:48 EST | Actualisé 08/03/2018 00:12 EST

Le musée de Mossoul, pillé et vandalisé par les jihadistes

Le musée de Mossoul, repris mardi par les forces de sécurité irakiennes aux jihadistes qui l'avaient vandalisé en 2015, est le plus important musée d'Irak après celui de Bagdad.

Ce musée, déjà endommagé lors de la guerre en 2003, abritait des objets inestimables des périodes assyrienne et hellénistique, datant de plusieurs siècles avant l'ère chrétienne.

- A coups de marteaux-piqueurs -

En février 2015, l'EI diffuse une vidéo dans laquelle ses combattants réduisent en miettes des statues, frises et autres objets pré-islamiques dans le musée de Mossoul, deuxième ville du pays dont ils se sont emparés au début de leur offensive en juin 2014.

On y voit les jihadistes faire tomber des statues de leur piédestal et détruire au marteau-piqueur un immense taureau ailé assyrien ornant la porte de Nergal, splendeur archéologique de la ville.

Selon des responsables des antiquités, quelques 90 oeuvres ont été détruites ou endommagées, des originaux pour la plupart.

"La collection couvrait toute la gamme de la civilisation dans la région, avec des sculptures remarquables de villes royales comme Nimrod, Ninive, et Hatra", souligne alors le directeur du Metropolitan Museum de New York (Met), Thomas Campbell. Au début des années 1990, le musée exposait plus de 1.000 objets.

Mais après le premier conflit du Golfe, tous les musées de province dont celui de Mossoul ont été fermés au public et leurs antiquités transportables acheminées vers le musée de Bagdad. Les pièces montrées dans la vidéo de l'EI étaient trop lourdes pour être déplacées.

- Manuscrits rares -

Outre le musée, des milliers de livres et des manuscrits rares de la bibliothèque de Mossoul ont été brûlés en février 2014.

Le vice-ministre irakien de la Culture a récemment affirmé que, pour la seule région de Mossoul, "au moins 66 sites archéologiques ont été détruits, certains ont été transformés en parkings, des lieux de culte musulmans et chrétiens ont subi des destructions massives, des milliers de manuscrits ont disparu". L'antique cité assyrienne de Nimrod, vandalisée à coups de bulldozer et d'explosifs, a été détruite à 80%, selon lui.

- Pillages en 2003 -

En 2003, au moment de la chute du régime de Saddam Hussein des archéologues avaient affirmé que le musée de Mossoul avait subi d'importants dégâts dus aux bombardements.

Ses grandes fenêtres avaient été soufflées. Des pilleurs s'étaient emparés de bronzes des portes du palais de Balawat dans la galerie assyrienne, ainsi que de briques assyriennes portant des inscriptions cunéiformes. "Les dommages dans les galeries et salles de stockage du musée sont considérables", avaient rapporté les experts.

acm/jri