NOUVELLES
07/03/2017 11:53 EST | Actualisé 13/03/2018 08:17 EDT

Vous partagez les avis de disparition d'enfants sur Facebook? Attention, dit la GRC

Ces publications peuvent provenir de personnes mal intentionnées.

En parcourant votre fil d'actualités Facebook, vous apercevez une publication sur un enfant porté disparu. Naturellement, votre premier réflexe est de partager la publication. Ça peut contribuer à ramener un enfant sain et sauf à la maison, alors pourquoi pas?

Pas si vite, répond la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Dans une publication Facebook, le détachement de Kindersley, en Saskatchewan, rappelle les dangers de partager ce type de publications sans d'abord faire quelques vérifications.

Souvent, explique la GRC, ces publications proviennent de personnes mal intentionnées. Parfois, l'enfant dont la photo est largement partagée ne manque même pas à l'appel.

Même si l'on souhaite bien faire en partageant la publication, on ne connaît pas toujours tous les faits.

«Par exemple, un parent qui se voit refuser l'accès à ses enfants par un ordre de la cour pourrait mettre leurs photos sur Facebook et affirmer qu'ils ont disparu», écrit le corps de police.

Parfois - dans les cas de violence domestique, par exemple -, l'autre parent et l'enfant peuvent se cacher pour leur propre protection.

En partageant une telle photo, vous pourriez mettre des vies en danger, avertit la GRC.

Cliquer sur «Partager» pourrait faire plus de tort que de bien. (Photo: Getty Images)

La GRC recommande de toujours vérifier la source d'une photo avant de la partager.

«Si la publication ne provient pas d'une source policière officielle et ne contient pas de lien vers un article publié par un média sérieux confirmant la disparition, elle n'est probablement pas légitime.»

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l'anglais.

Voir aussi:

Galerie photoLes uniformes de la GRC Voyez les images