NOUVELLES
06/03/2017 04:14 EST | Actualisé 07/03/2018 00:12 EST

Un policier à la retraite accuse le président Rodrigo Duterte de meurtres

MANILLE, Philippines — Un policier philippin à la retraite affirme que le président Rodrigo Duterte et son «escadron de la mort» ont éliminé près de 200 personnes — y compris un étranger soupçonné de vendre de la drogue — à l'époque où l'actuel président était maire de la ville de Davao.

Arturo Lascanas a fait ces affirmations alors que débutait lundi une enquête du Sénat diffusée sur les ondes de la télévision nationale.

M. Lascanas a déclaré que ces meurtres ont été commis avec le consentement direct et sous les ordres de M. Duterte. Il a ensuite prévenu que «ce qui est révélé ici n'est que la pointe d'un iceberg sanglant».

Le porte-parole de Rodrigo Duterte, Ernesto Abella, a dit qu'Arturo Lascanas était un menteur parce qu'il avait nié lors d'une audience devant le Sénat en 2016 l'existence d'un «escadron de la mort» dirigée par Rodrigo Duterte lorsqu'il était maire. Ernesto Abella a dit que le témoignage de l'officier à la retraite était «fabriqué et inacceptable».

M. Lascanas a expliqué avoir mention précédemment parce qu'il craignait pour la sécurité de sa famille. Il a dit lundi avoir été pris de remords et avoir subi un «éveil spirituel» depuis qu'il a été gravement malade, l'an dernier.

Arturo Lascanas a aussi affirmé avoir entendu Rodrigo Duterte ordonner le meurtre d'une personne, à deux reprises. Il aurait reçu des sommes d'argent importantes, parfois directement des mains du futur président, pour «assurer sa loyauté et son obéissance aveugles». Il aurait ainsi empoché l'équivalent de 20 000 $ US pour avoir participé au meurtre du journaliste Jun Pala, dont les propos irritaient M. Duterte.

Il a ajouté que d'autres attaques étaient l'oeuvre de policiers qui agissaient sous les ordres de Rodrigo Duterte.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!