NOUVELLES
05/03/2017 21:47 EST | Actualisé 06/03/2018 00:12 EST

UE: Hollande envisage une reconduction de Tusk

François Hollande envisage une reconduction du Polonais Donald Tusk à la tête du Conseil européen en dépit de l'opposition du parti conservateur nationaliste au pouvoir en Pologne, dans une interview à des journaux européens publiée lundi avant un mini-sommet européen à Versailles.

"J'ai moi-même porté la candidature de Donald Tusk il y a deux ans et demi à la présidence du Conseil", relève le chef de l'Etat français qui estime ainsi n'avoir pas "de raison de la remettre en cause, même si au regard des équilibres politiques, ce serait le tour d'un socialiste".

"J'essaie d'avoir une vision plus européenne que partisane ou nationale", fait-il valoir dans cette interview accordée aux quotidiens Le Monde, Süddeutsche Zeitung, La Stampa, La Vanguardia, The Guardian et Gazeta Wyborcza.

Selon des sources diplomatiques françaises, la question pourrait être évoquée dès lundi à Versailles lors d'un mini-sommet des chefs d'Etat et de gouvernement français, allemand, italien et espagnol consacré à l'avenir de l'UE.

Elle devrait être également examinée lors du prochain sommet européen qui se réunira jeudi à Bruxelles.

François Hollande note pour sa part qu'un pays ne peut "juridiquement" empêcher l'un de ses ressortissants d'être président d'une institution européenne "puisque la décision se prend à la majorité qualifiée".

"Il revient au Conseil Européen d'en débattre politiquement", remarque-t-il encore, soulignant "la possibilité de choisir un candidat refusé par son propre pays".

"En ce qui me concerne, je ne participerai pas à (l')éviction" de Donald Tusk, conclut-il.

La Pologne a créé une situation inédite dans l'UE en présentant samedi un candidat au poste de président du Conseil européen- l'eurodéputé Jacek Saryusz-Wolski- contre l'ancien Premier ministre libéral Donald Tusk qui brigue un deuxième mandat.

Comme on lui demande s'il envisage un avenir européen pour lui-même, le chef de l'Etat français répond, sibyllin: "je suis président de la République jusqu'au début du mois de mai, je ne peux être que dans cette perspective et à cette tâche".

La presse a prêté ces dernières semaines à François Hollande la volonté de briguer ces mêmes fonctions de président du Conseil européen après son départ de l'Elysée à la mi-mai.

ha/cr/

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!