La maison Saint Laurent épinglée pour des affiches «choquantes»

Une nouvelle polémique de plus pour la maison de couture Yves Saint Laurent (YSL). Après avoir qu'elle ait été censurée en juillet dernier au Royaume-Uni pour avoir présenté une pub où apparaissait une mannequin "maladivement maigre", une nouvelle campagne publicitaire de la maison de haute couture attire les regards depuis le samedi 4 mars.

D'abord ceux des passants. Les affiches de la nouvelle campagne placardées dans les rues de Paris ont suscité l'indignation de certains internautes qui, réunis sous le mot-clé #YSLRetireTaPubDegradante, ont appelé à leur retrait.

Deux visuels sont particulièrement visés. La première montre une fille perchée sur des talons à roulettes, le dos courbé et la tête sur un tabouret. La seconde, toute aussi équivoque, montre une fille les jambes écartées. Sur Twitter, la campagne est tour à tour qualifiée "d'affligeante", de "dégradante" et de "choquante" pour l'image de la femme.

L'affiche n'a pas échappé à l'œil de l'animatrice Valérie Damidot, entre autres :

Contactée par Le HuffPost, l'ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité française) indique avoir reçu pour l'heure (lundi en fin de matinée) une cinquantaine de plaintes qu'un jury sera chargé d'étudier le 10 mars.

"Ce n'est pas la première fois qu'Yves Saint Laurent est épinglé par notre autorité. La nouvelle vision artistique de la maison, celle d'Anthony Vaccarello, semble ne pas se rendre compte de la perception qu'elle peut laisser auprès du public". 20 Minutes indique que la maison de couture ne souhaite pas communiquer sur cette polémique.

Le 27 septembre dernier, Anthony Vaccarello avait organisé son premier défilé pour YSL à la Semaine de la mode de Paris. Une féminité provocatrice qui n'est visiblement pas au goût de tout le monde.

Le 1er défilé d'Anthony Vaccarello pour Saint Laurent

VOIR AUSSI :

INOLTRE SU HUFFPOST

Le défilé Saint Laurent automne-hiver 2017-2018