Vivre

8 livres jeunesse à lire pour la Journée internationale des femmes

Parce que la Journée internationale des femmes ne touche pas que les adultes et parce que l'éducation des jeunes est primordiale si on veut réussir à atteindre notre objectif d'égalité, nous avons répertorié pour vous quelques ouvrages jeunesse qui pourraient vous être utiles et faisant état de la situation actuelle.

8 livres jeunesse pour la Journée de la femme

Ni poupées ni super-héros ! – 4 ans et plus

Mon premier manifeste antisexiste

Par Delphine Beauvois

Les filles ne sont pas des poupées et les garçons ne sont pas des super-héros, qu’on se le dise ! Mais en sommes-nous réellement conscients? Les stéréotypes sont si bien ancrés dans notre culture qu’on continue trop souvent à classer les deux sexes dans des catégories bien distinctes.

Pourtant, les filles peuvent bien jouer aux Legos et être intelligentes, alors que les gars peuvent aussi avoir peur et pleurer. Pourquoi n’aurions-nous pas tous les mêmes droits? Arrêtons de creuser un fossé entre les deux sexes et donnons espoir à notre avenir en se respectant tous.

Voici un manifeste antisexiste des plus amusants qu’il faut absolument faire découvrir aux plus petits et qui aidera à coup sûr les parents dans l’éducation de leurs enfants.

« Nous, on est plus forts que des super-héros, on est des super-égaux ! »

J’aime pas être belle — 5 ans et plus

Par Stéphanie Richard

Être une fille n’est pas facile tous les jours, surtout dans une société où les idées préconçues sont bien présentes et grandissent en même temps que les enfants. Quel plaisir y a-t-il à être une fillette si c’est pour être belle tous les jours? Si on ne peut jamais jouer, danser, s’exciter?

Tiphaine en a plus que marre de tous ses rubans et de ses robes extravagantes, elle a juste envie d’être elle-même et de faire fi de toutes les obligations qui viennent soi-disant avec le fait d’être une fille. Elle veut s’amuser, et plus que tout, elle veut cesser d’être belle !

Un sympathique récit qu’on devrait sans doute faire lire à toutes les mamans de jeunes filles…

La déclaration des droits des filles — 6 ans et plus

Par Élisabeth Brami

Un bon complément au Manifeste mentionné plus haut, la déclaration se veut un outil d’apprentissage fort bien réalisé destiné au jeune public.

Cachés derrière des images et des mises en scène loufoques, de vrais droits octroyés aux filles, que celles-ci devraient se faire un devoir de faire respecter tout au long de leur vie.

Qu’on se le dise, si être forte en math, avoir les cheveux courts, grimper aux arbres ou être plombière étaient des choses si banales, on n’aurait pas besoin, en 2017, d’un tel livre sur les droits des filles pour éduquer notre jeunesse.

Le zizi des mots — 7 ans et plus

Par Élisabeth Brami

Hasard de l’évolution de la langue ou volonté de quelques érudits créateurs de mots? On pourrait se le demander en voyant les exemples cités dans ce livre. Toujours est-il que bien souvent, lorsqu’on utilise un terme au masculin on parle d’un humain, d’un homme, mais lorsqu’on met ce même terme au féminin, il devient un objet… étrange non? Par exemple, un gentil jardinier devient une jardinière de légumes, un noble marquis devient une tente marquise, un exotique Mandarin devient une succulente mandarine, bref, les exemples sont nombreux ! D’ailleurs, dès la première page on vous invite à en trouver vous aussi, n’hésitez pas !

Certes, ce livre qui déploie une partie de l’absurdité de la langue française est amusant, il ne faut pas se le cacher et chercher le mal là où il n’y en a pas, mais on ne peut s’empêcher, dans un petit coin de notre tête, de faire un rapprochement entre ces transformations masculines/féminines et l’idée de la femme-objet…

La bonne étoile de Malala — 12 ans et plus

Par Isabelle Wlodarczyk

Destiné aux adolescents, cet ouvrage retrace la vie de l’extraordinaire Malala. Le parcours peu banal de cette fillette que tout destinait à se taire et qui a pourtant choisi une tout autre voie/voix est bouleversant, mais surtout, énormément inspirant. La tête pleine et n’ayant que sa volonté pour seule arme, elle s’est dressée contre les Talibans qui ne voulaient pourtant que sa mort.

Si elle a gagné une partie de son pari, elle continue aujourd’hui à militer pour l’accès à l’éducation, et on sent bien que ce n’est pas demain la veille que Malala se laissera abattre.

En parallèle, on suit l’histoire d’Azadeh, un personnage fictif qui montre de façon bien réelle le côté sombre d’un peuple ulcéré par un dirigeant aux idées extrêmes qui a réussi à anéantir tout un peuple et à générer l’horreur partout autour de lui.

Un récit passionnant, agrémenté d’une intéressante section documentaire, qui donne envie de pousser plus loin et qui ouvre les yeux sur les conditions de cette liberté qui n’est pas donnée à toutes et qui n’est surtout pas un droit acquis.

Malala pour le droit des filles à l’éducation — 8 ans et plus

Par Raphaële Frier

Ce deuxième ouvrage est conçu spécialement pour les plus jeunes afin de leur faire connaître la fillette incroyable qui est devenue une femme remarquable.

Les enfants découvriront à travers des mots simples et une histoire concise comment la petite Malala s’est battue corps et âme pour les filles du monde entier.

Complété également par une partie documentaire.

De si beaux cheveux — 11 ans et plus

Par Gwladys Constant

De nos jours, être jolie peut devenir un poids, une pression énorme, une invitation à la jalousie et à la raillerie. Être jolie, ça peut transformer une innocente en cible de tous les jours, la rendant victime des propos les plus ignobles, des mains baladeuses et vicieuses, des esprits malsains, des regards concupiscents, des agressions les plus viles…

Être jolie, c’est ce qui a détruit l’âme de Jeanne – nom fictif emprunté à Jeanne d’Arc —, qui a décidé d’utiliser un moyen drastique pour se soustraire aux regards des hommes. En coupant sa somptueuse chevelure, symbole même de la beauté féminine, Jeanne a fait un pas en avant vis-à-vis de cette société qui recule sans cesse : « Quel est mon message? Tout simplement que la condition de vie des femmes régresse. »

Cette réflexion livrée à un journaliste au sujet de la beauté et de la liberté brimée est un véritable cri du cœur qui relance le débat au sujet des standards toujours plus hauts qu’il faut atteindre en tant que femme. Qui relance aussi les inquiétudes au sujet de ce dont sera fait l’avenir des petites filles de demain.

« Notre société fait en sorte que la femme ne puisse pas être satisfaite de ce qu’elle est. » Et selon Jeanne, ce n’est pas près de changer…

Un témoignage qui fait longuement réfléchir.

Sang-de-lune — 15 ans et plus

Par Charlotte Bousquet

Un futur très éloigné, une cité imaginaire enfouie, un drame quotidien bien réel et actuel. La table est mise pour un récit poignant évoquant une réalité brutale.

À Alta, les sang-de-lune, ne sont que des ventres servant à engendrer des fils-du-soleil. Elles n’ont aucune liberté, aucun droit, aucune issue. Mariées de force dès qu’elles sont en âge d’engendrer, elles doivent se soumettre et se taire. Mais pour Gia, qui veut à tout prix sauver sa jeune sœur de ce terrible destin, ça ne se passera pas ainsi. Si elle choisit la fuite, son périple ne sera pas sans obstacle et ce ne sera pas en tant que bienvenue qu’elle sera accueillie chez ses voisins.

Le décor souterrain servant de fond à Sang-de-lune n’est pas sans rappeler la noirceur qui encercle la vie de millions de femmes, et la quête de liberté de Gia, son désir de trouver le soleil, son espoir de connaître un avenir meilleur dans lequel tous seront égaux ne peut que faire réfléchir sur la condition féminine.

Un roman coup de poing troublant qui ouvre les yeux et qui fait se sentir bien impuissant devant un fléau encore trop présent.

À voir également: