NOUVELLES
06/03/2017 09:35 EST | Actualisé 07/03/2018 00:12 EST

Les déficits commerciaux menacent la "liberté" des Etats-Unis (conseiller Trump)

Un haut conseiller du président Trump a assuré lundi que les déficits commerciaux risquaient d'exposer les Etats-Unis à une prise de contrôle étrangère qui menacerait sa "liberté" et sa "prospérité", pointant un doigt accusateur vers la Chine mais également l'Allemagne.

"Imaginez que ce ne soit pas un allié conciliant qui rachète nos entreprises, notre technologie, nos terres agricoles, notre chaîne de production alimentaire et au final contrôle la grande partie de notre base industrielle militaire", a déclaré à Washington Peter Navarro, le président du Conseil pour le commerce à la Maison Blanche.

"Imaginez que ce soit plutôt un rival stratégique engagé dans un processus de militarisation rapide, avec l'idée d'être hégémonique en Asie et peut-être dans le monde", a déclaré ce responsable dans un discours.

Selon M. Navarro, cela pourrait conduire les Etats-Unis à la perte d'une "guerre froide contre notre liberté, notre prospérité et notre démocratie, menée non pas au son des armes mais à celui des caisses enregistreuses".

Dans son exposé aux accents apocalyptiques, le haut conseiller s'en est notamment pris à la Chine, qui compte pour près de moitié du déficit américain sur les marchandises qui s'élevait à 750 milliards de dollars en 2016.

Accusant Pékin de pratiques déloyales, M. Navarro a répété que l'administration Trump n'hésiterait pas à prendre des actions fermes pour "éliminer les manipulations de monnaie et d'autres formes de tricherie commerciale".

Le conseiller s'en est également de nouveau pris à l'Allemagne, accusée de profiter d'un euro sous-évalué par rapport à sa puissance économique.

Le déficit avec l'Allemagne "est un des plus difficiles auxquels il va falloir s'attaquer" parce que Berlin se retranche derrière le fait que les discussions commerciales sont du ressort de la Commission européenne, a souligné M. Navarro.

Evoquant la prochaine visite à Washington de la chancelière allemande Angela Merkel prévue le 14 mars, le conseiller a assuré qu'une discussion "honnête" devra avoir lieu sur les moyens de réduire le déficit "en dehors des limites et restrictions" que Berlin fait valoir.

Fin janvier, M. Navarro avait déjà ciblé l'Allemagne en l'accusant d'"exploiter" ses principaux partenaires commerciaux grâce au faible niveau de l'euro.

hs-jt/lo/vog

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!