NOUVELLES
06/03/2017 00:17 EST | Actualisé 07/03/2018 00:12 EST

France: Fillon arc-bouté sur sa candidature, Juppé parle

La campagne présidentielle française va connaître lundi une nouvelle folle journée: le candidat de droite François Fillon, farouchement déterminé à se maintenir malgré l'affaire d'emplois fictifs présumés qui gangrène sa campagne, rencontre les dirigeants de son parti qui veulent "évaluer la situation".

Quelques heures après avoir réuni des dizaines de milliers de partisans à Paris près de la Tour Eiffel, François Fillon s'est voulu très clair dimanche soir au journal télévisé de la chaîne de télévision publique France 2: "Non", il ne retira pas sa candidature, et oui, il est le "seul à pouvoir décider" d'un quelconque retrait.

L'ancien Premier ministre Alain Juppé, adversaire malheureux de François Fillon à la primaire de droite, doit s'exprimer à 09H30 GMT lors d'une déclaration à la presse. Une partie de son camp le presse de prendre la place de François Fillon, en chute libre dans les sondages.

Que va-t-il faire ? Se déclarer non-candidat ou finalement se lancer dans la course à l'Elysée malgré le maintien de François Fillon ?

Quelques heures après l'intervention de M. Juppé, le feuilleton se poursuivra avec à Paris un Comité politique du parti de droite Les Républicains, à 17h00 GMT.

Que sortira-t-il de cette réunion ? Dimanche soir, M. Fillon a en tout cas marqué son indépendance: "C'est pas le parti qui va décider (...) Naturellement, je parle avec tous ceux qui veulent parler avec moi, mais (personne ne va) prendre la décision à ma place. Je suis le seul à pouvoir le faire".

De son côté, l'ancien président Nicolas Sarkozy a proposé à François Fillon et Alain Juppé de se rencontrer "pour trouver une voie de sortie digne et crédible à une situation qui ne peut plus durer".

"C'est mort pour Fillon", aurait-il confié à des membres du parti dimanche.

- 'sortie respectueuse' -

Inquiets de sondages donnant désormais leur ex-champion éliminé dès le premier tour, le 23 avril, devancé par la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen et Emmanuel Macron, ancien ministre du président socialiste François Hollande repositionné au centre, plus de 300 élus de droite, son directeur de cabinet et son porte-parole, l'ont abandonné.

Et trois présidents de région de droite ont déclaré vouloir rencontrer le candidat pour le convaincre d'une "sortie respectueuse".

La droite est de plus en plus inquiète d'une possible nouvelle défaite, cinq ans après l'échec du président sortant Nicolas Sarkozy face au socialiste François Hollande. Et les sondages ne sont pas pour la rassurer.

Selon les chiffres de l'enquête Sofres publiée dimanche soir, Alain Juppé, avec 24,5%, serait lui qualifié pour le second tour du 7 mai, s'il était candidat, derrière la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen (27%).

M. Fillon, en chute libre à 17%, serait par contre éliminé dès le premier tour, le 23 avril, largement distancé par Mme Le Pen (26%) ainsi que par Emmanuel Macron (25%).

Mais François Fillon tient tête, fort du soutien des militants qui se sont mobilisés dimanche - 200.000 selon lui, 40.000 de source policière.

"Fillon, tiens bon, la France a besoin de toi !", ont scandé ses partisans dans une marée de drapeaux bleu-blanc-rouge.

Reconnaissant sa "part de responsabilité" dans l'"épreuve" qu'il traverse, François Fillon, qui avait fêté son 63e anniversaire samedi, reste persuadé que son projet "est le seul qui puisse permettre le redressement national".

Son épouse Penelope l'a rejoint sur la tribune à la fin de son discours. Cette femme discrète est sortie de son silence dans une longue interview dimanche. Elle a assuré avoir effectué des "tâches très variées" en tant que collaboratrice parlementaire et avoir conseillé à son mari de "continuer jusqu'au bout".

L'enquête sur les salaires perçus par Penelope et deux de ses enfants pour des emplois présumés fictifs d'assistants parlementaires devrait prochainement valoir au candidat conservateur d'être inculpé.

pol-thm/pt

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!