NOUVELLES
06/03/2017 06:01 EST | Actualisé 06/03/2017 06:02 EST

Plus de 350 000 $ en bonis pour des cadres policiers du SPVM

FOTOimage

Une centaine d'inspecteurs, de commandants et d'autres cadres du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) se sont partagé plus de 350 000 $ en bonis en 2016, soit presque 3 % de leur masse salariale.

Un reportage de Benoît Chapdelaine

C’est un assistant-directeur du SPVM qui a reçu la somme la plus élevée, soit 7000 $ en montant forfaitaire, selon les données publiées par la Ville.

Dès leur entrée en vigueur, l'an dernier, la Fraternité des policiers a dénoncé ce qu'elle appelait les « Bonis-Denis », en référence au maire Denis Coderre, c’est-à-dire des primes versées aux cadres du SPVM, qui visaient à encourager les policiers à distribuer des contraventions et à augmenter les revenus de la Ville. Le syndicat a perdu sa cause devant le Commissaire à la déontologie policière, où il avait porté plainte.

Le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, a défendu de son côté la position de l’administration Coderre, quand l'opposition officielle a réclamé la fin des bonis liés aux contraventions au conseil municipal, il y a deux semaines.

Pour M. Desrochers, donner des contraventions fait partie du travail d’un policier à la circulation. « Je pense que quand vous allez dans la notion de trappe à tickets, vous déformez totalement la situation au détriment des policiers qui font un travail pour la sécurité des gens », a-t-il lancé.

La chef de Projet Montréal a répliqué que les policiers ont été formés pour contrer la criminalité et qu’ils « ont autre chose à faire que de donner des tickets ». « Je pense que les relations de travail ne sont tellement pas bonnes actuellement, et votre administration a contribué à ça, c’est peut-être pour ça que vous êtes obligés de donner des bonis, pour que les gens fassent bien leur travail », a-t-elle déclaré.

Dans une réponse écrite à Radio-Canada, la Fraternité des policiers et policières de Montréal réitère son opposition aux divers bonis alloués aux cadres policiers. « Nous considérons, et ce, depuis le tout début, qu’il s’agit d’une pratique non éthique et qui place les cadres dans des situations potentiellement à risque, et ce, tant pour les contraventions que pour les autres volets (enquêtes ou opérations) », affirme le syndicat.

VOIR AUSSI:

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!