NOUVELLES
06/03/2017 17:15 EST | Actualisé 07/03/2018 00:12 EST

20 millions pour aider les familles à aider leurs enfants

Le gouvernement du Québec investit 10 millions de dollars par année pour les deux prochaines années afin de bonifier l'aide aux familles. 260 organismes et haltes-garderies communautaires se partageront l'argent.

Un texte de René Saint-Louis

Le montant peut sembler peu élevé puisqu'il ne représente en moyenne que 38 000 $ par année par organisme. Mais le budget de ces organismes est si petit que, pour la plupart d'entre eux, l'aide supplémentaire de Québec représente une hausse du tiers de leur financement annuel.

Ces sommes additionnelles permettront aux membres de la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille (FQOCF) de rétablir et même de dépasser les budgets d'avant les compressions des dernières années.

Il permettra même d'annuler la diminution de l'offre de services aux familles qu'un organisme sur deux s'était résigné à faire en raison des compressions budgétaires.

Lutter contre l'analphabétisme

Québec demande à ce que l'argent serve à encourager l'éveil à la lecture chez les tout petits et à lutter contre l'analphabétisme en encourageant la littératie familiale.

Ces exigences cadrent très bien avec la mission des organismes, selon la présidente de la FQOCF.

Les organismes sont déjà très actifs dans le soutien au rôle parental pour que les parents soient les premiers éducateurs de leurs enfants. Donc qu'ils aient les informations, qu'ils aient le soutien et l'accompagnement pour permettre à leur enfant de se développer de façon globale et qu'ils soient prêts pour la rentrée à l'école.

Louisane Côté, présidente de la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille

La seule réserve de la FQOCF est la nature temporaire de ce financement. Cette critique est partagée par la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec, l'AFMRQ.

C'est sûr que, pour nous, on se serait attendu à du financement récurrent de la mission. Là ce qu'on voit, c'est du financement ponctuel, donc ça va être possiblement des projets. C'est orienté aussi vers la réussite en éducation et le développement des enfants.

Sylvie Lévesque, présidente de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec

Sylvie Lévesque aurait souhaité que l'utilisation de l'argent soit moins orientée, de façon à permettre aussi le développement d'activités davantage liés à la mission de l'AFMRQ, qui est d’améliorer les conditions de vie des familles monoparentales et recomposées.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!