NOUVELLES
05/03/2017 08:55 EST | Actualisé 06/03/2018 00:12 EST

Un "tweet" ne peut remettre en cause l'accord nucléaire avec l'Iran, selon Paris

Il existe des règles internationales "qui ne peuvent pas être remises en cause par un tweet", a déclaré dimanche le ministre français de l'Economie, faisant allusion à des propos du président américain Donald Trump sur l'accord nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances.

"Quelle que soit la liberté de décision d'un grand pays comme les Etats-Unis, il y a des règles de droit internationales qui ne peuvent pas être remises en cause par un tweet", a déclaré Michel Sapin à des journalistes à Téhéran. "Il peut y avoir des expressions volcaniques qui ne doivent pas trop nous troubler", a-t-il ajouté.

Il faisait allusion à l'utilisation forcenée de son compte Twitter par le président américain Trump pour exprimer ses positions sur divers sujets, dont l'accord nucléaire conclu en juillet 2015 et qu'il avait menacé de "déchirer" avant d'être élu en novembre dernier.

Depuis son investiture le 20 janvier, le ton n'a cessé de monter entre Washington et Téhéran, dont les relations diplomatiques ont été interrompues peu après la révolution islamique de 1979 et l'occupation de l'ambassade américaine à Téhéran.

Donald Trump a mis à exécution ses menaces de durcir la position de Washington envers la République islamique d'Iran en lui imposant de nouvelles sanctions, mais sans pour autant faire dérailler pour l'instant l'accord nucléaire scellé par son prédécesseur Barack Obama.

"Il y a un accord, il y a des règles", a affirmé M. Sapin, et "elles doivent être mises en oeuvre de manière scrupuleuse" par toutes les parties prenantes, Iran d'un côté, Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne de l'autre.

Il affirmé que la France souhaitait "aller jusqu'au bout d'un accord qui est bon pour l'Iran et pour le reste du monde".

Le ministre français a relevé qu'il y avait "des messages contradictoires" de la part du président américain et de son administration concernant l'accord nucléaire et d'autres sujets.

"La meilleure réponse à donner est d'avoir une position claire, de la dire clairement et de la tenir fermement", a-t-il ajouté.

stb/mer