NOUVELLES
05/03/2017 05:19 EST | Actualisé 06/03/2018 00:12 EST

François Fillon exprime des regrets mais demeure dans la course en France

PARIS — Le candidat de la droite à la présidentielle française Francois Fillon, qui fait face à des accusations de corruption, a tenu un long discours devant ses partisans, dimanche, exprimant des regrets tout en se maintenant dans la course.

Il a dit avoir des regrets relativement à l'embauche de son épouse. M. Fillon a dit avoir fait son «examen de conscience», mais a aussi appelé sa famille politique de la droite et du centre à faire son «propre examen de conscience».

Le rassemblement près de la tour Eiffel vise à démontrer le soutien populaire à M. Fillon à la suite de la défection de plusieurs alliés conservateurs seulement sept semaines avant le premier tour de la présidentielle. Ceux-ci sont désillusionnés par la manière avec laquelle le candidat de la droite a géré les allégations sur les emplois présumés fictifs de sa femme Penelope et de deux de ses enfants.

Des détracteurs prévoyaient deux contremanifestations à Paris. M. Fillon doit prendre la parole à la télévision publique, dimanche soir, bien qu'il ait annulé une entrevue à la radio lundi matin. Le parti de M. Fillon, Les Républicains, se réunit, lundi soir, pour évaluer la situation à la suite du rassemblement de dimanche.

L'épouse du candidat a appelé son mari à demeurer dans la course, à l'occasion de sa première entrevue depuis l'éclatement du scandale en janvier. Selon l'hebdomadaire «Le Journal du Dimanche», Penelope Fillon a déclaré que «contrairement aux autres», elle ne l'abandonnerait pas.

Dans les derniers jours, plusieurs députés du parti Les Républicains ont déclaré qu'ils souhaitaient que l'ancien premier ministre Alain Juppé remplace François Fillon comme candidat, alors que le premier tour se tient le 23 avril.

Alain Juppé a déjà dit qu'il ne souhaitait pas prendre la place du candidat qui l'avait battu lors des primaires, mais vendredi, Alain Juppé est resté silencieux.

M. Fillon avait tout d'abord annoncé qu'il se désisterait si des accusations étaient déposées, mais il a décidé plus tôt cette semaine de rester en poste même s'il est convoqué à comparaître devant un juge le 15 mars. Il nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.