NOUVELLES
03/03/2017 08:24 EST | Actualisé 03/03/2017 08:29 EST

La Malaisie expulse un suspect nord-coréen dans le meurtre de Kim Jong-Nam

La Malaisie a relâché et expulsé vendredi un Nord-Coréen qui avait été arrêté relativement au meurtre de Kim Jong-nam, le demi-frère du dictateur Kim Jong-un.

La police malaisienne a aussi lancé un mandat d'arrêt contre un autre Nord-Coréen. La Malaisie recherche au total sept Nord-Coréens, dont quatre qui ont quitté le pays le jour du meurtre, le 13 février, et qui sont probablement de retour à Pyongyang. Un autre est un diplomate en poste à l'ambassade nord-coréenne.

Seulement deux femmes, une Vietnamienne et une Indonésienne, se trouvent actuellement derrière les barreaux. Elles sont accusées d'avoir enduit le visage de Kim Jong-nam de l'agent neurotoxique VX.

Ri Jong-chol, qui était détenu depuis le 17 février, a été remis à des agents d'immigration et sera déporté. Son rôle présumé dans l'attentat contre Kim Jong-nam n'a jamais été détaillé, mais le chef de la police nationale malaisienne, Khalid Abou Bakr, a déclaré vendredi qu'il a été relâché faute de preuves.

Il sera déporté vers la Corée du Nord puisqu'il ne possède pas les papiers lui permettant de se trouver en Malaisie.

M. Khalid a annoncé vendredi la publication d'un mandat d'arrestation contre Kim Uk-il, un employé de 37 ans du transporteur aérien Air Koryo. La police dit qu'il est arrivé en Malaisie le 29 janvier, environ deux semaines avant le meurtre. Les autorités n'ont pas révélé pourquoi elles veulent lui parler, mais il se trouverait toujours en Malaisie.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter