POLITIQUE
03/03/2017 03:29 EST | Actualisé 03/03/2017 04:41 EST

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, menace de fermer l'usine Anacolor

Le ministre Heurtel prend les grands moyens.

La Presse canadienne

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, prend les grands moyens pour faire plier l’entreprise de peinture Anacolor, qui indispose les résidents de Cap-Rouge à Québec avec les émanations de son usine.

Le ministre Heurtel menace de lui retirer le permis de production. L’entreprise dispose de 15 jours pour contester l’avis de Québec, après quoi son certificat d’autorisation pourrait être suspendu.

« Je tiens à rappeler que la priorité du gouvernement dans ce dossier est la santé et le bien-être de la population ainsi que la protection de l’environnement. En conséquence, nous utilisons tout moyen que nous jugeons nécessaire et possible pour amener cette entreprise à se conformer aux exigences du certificat d’autorisation », a expliqué le ministre Heurtel, vendredi après-midi.

Stéphanie Houde, porte-parole du Regroupement citoyen pour la qualité de l’air de Cap-Rouge, salue l’initiative du gouvernement, mais aurait aimé que cette volonté d’agir se fasse sentir bien avant.

« C’est un peu tard, déplore-t-elle. On espérait qu’au retour de la semaine de relâche, on puisse envoyer nos enfants jouer dehors en toute quiétude. »

La mère de deux jeunes enfants, qui fréquentent l’école primaire Marguerite-D’Youville, aurait aimé que l’usine cesse ses opérations, le temps de faire la lumière sur les émanations qui indisposent les citoyens de Cap-Rouge.

En attendant, son garçon de six ans et sa fille de huit ans sont privés de récréations à l’extérieur. Stéphanie Houde explique avoir pris une semaine de congé sans solde afin que ses enfants puissent venir dîner à la maison et jouer dehors.

« Un enfant a besoin d’aller dehors, prendre des bonnes bouffées d’oxygène et bouger. [Les miens] ont de l’énergie à revendre, donc quand ils ont passé la journée à l’intérieur, c’est un tour de force de la part des enseignants et des surveillants. »

Le ministre Heurtel a rencontré le maire de Québec, Régis Labeaume, à ce sujet vendredi dernier. Les deux hommes se sont également parlés jeudi soir, selon nos informations, pour faire le point sur le dossier d’Anacolor.

« Il n’y a jamais eu de bonne volonté de leur part et c’est terrible que ce soit les enfants qui soient [affectés], alors que le problème, ce n’est pas eux. C’est l’usine », expliquait plus tôt cette semaine Paul-Christian Nolin, l’attaché de presse du maire Labeaume.

La Ville de Québec répète depuis des mois qu’elle a les mains liées dans ce dossier et que seul le ministre de l’Environnement avait le pouvoir d’intervenir pour faire reculer Anacolor.

L’entreprise a reçu huit avis de non-conformité du ministère de l’Environnement depuis mars 2013.