POLITIQUE
02/03/2017 02:09 EST | Actualisé 02/03/2017 02:12 EST

Une refonte de la carte électorale «inacceptable» pour le maire Coderre

Le maire de Montréal juge « inacceptable » que sa ville perde une circonscription en vertu de la refonte de la carte électorale qui été annoncée jeudi. L'affaire déçoit également le premier ministre Philippe Couillard qui se garde bien cependant de critiquer la décision de la Commission de la représentation électorale (CRE).

Après tergiversations, la CRE a annoncé la fusion des circonscriptions de Mont-Royal et d’Outremont, représentées par deux ministres du gouvernement Couillard, Pierre Arcand et Hélène David.

Cette option a permis de préserver la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques, qui couvre le quartier Centre-Sud de Montréal, et qui est actuellement représentée par Manon Massé de Québec solidaire.

LIRE AUSSI:

» La circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques sera maintenue

Dans un communiqué publié en matinée, le maire Denis Coderre, qui avait appuyé le maintien de Sainte-Marie-Saint-Jacques, dit être « très déçu » par la décision de la CRE, qui diminue « le poids politique de Montréal et la représentativité de la métropole » à l’Assemblée nationale.

«C’est inacceptable, quand on sait que la population montréalaise ne cesse de s’accroître.»»

— Denis Coderre

La CRE ne voit pas les choses du même oeil. Elle soutient plutôt que le nombre d’électeurs dans 17 des 28 circonscriptions montréalaises est inférieur à la moyenne québécoise, qui est de 48 837.

« Plusieurs d’entre elles présentent une croissance du nombre d’électeurs moins importante qu’ailleurs au Québec », ajoute-t-elle. « Le nombre de circonscriptions dans cette région est donc supérieur à son poids électoral au sein du Québec. »

Le maire de Montréal salue cependant la décision de la CRE de rebaptiser la circonscription de Crémazie. Elle s’appellera désormais Maurice-Richard, en l’honneur de la légende du Canadien de Montréal qui y a longtemps vécu.

« C’est un honneur bien mérité. Cet homme plus grand que nature a marqué l'histoire du Québec et nous a laissé des souvenirs impérissables, autant pour ses prouesses en tant que hockeyeur qu'en raison de son profond attachement et de son implication dans sa communauté », affirme M. Coderre.

Couillard et Arcand déçus

« On n’est jamais 100 % satisfait des décisions de par leur nature même, mais on respecte les institutions », a commenté pour sa part le premier ministre Couillard. La CRE « est une institution indépendante et moi j’ai le plus grand respect pour nos institutions », a-t-il ajouté.

La fusion de deux circonscriptions représentées par des libéraux, tant à Montréal qu’en Mauricie, ne lui a pas échappé pour autant. « Ce n’est pas anodin. On a beaucoup parlé de Sainte-Marie-Saint-Jacques, mais il y avait d’autres réalités aussi qui ont été moins mentionnées », a-t-il laissé tomber.

« Évidemment, c'est une déception pour moi de constater que les arguments que j'ai fait valoir devant la commission […] ne se reflètent pas dans les conclusions du rapport final », a commenté Pierre Arcand, dans un communiqué. Il dit néanmoins respecter lui aussi la décision de la CRE et du DGEQ.

Hélène David a décliné une invitation à commenter la décision. Son bureau s’est borné à faire savoir qu’elle en « prend acte » et qu’elle continuera de servir les citoyens d’Outremont.

Invité à dire ce qu’il ferait de cette nouvelle donne montréalaise en vue du scrutin de 2018, Philippe Couillard est demeuré circonspect. « La bonne nouvelle, c’est que c’est tout du monde de grande qualité », a-t-il dit dans un premier temps.

« Il y a les militants qui jouent également un rôle là-dedans », a-t-il ajouté par la suite. « Alors prenons les étapes une par une, on va prendre conscience maintenant de la nouvelle réalité et on va s’y ajuster. »

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST