NOUVELLES
02/03/2017 10:45 EST | Actualisé 03/03/2017 05:23 EST

Byron marque à la toute fin du match et le Canadien renverse les Predators

Minas Panagiotakis via Getty Images
MONTREAL, QC - MARCH 02: Brendan Gallagher #11 of the Montreal Canadiens and Ryan Ellis #4 of the Nashville Predators battle for position near goaltender Pekka Rinne #35 during the NHL game at the Bell Centre on March 2, 2017 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Minas Panagiotakis/Getty Images)

Paul Byron a mis fin à une longue léthargie en marquant avec neuf secondes à écouler au temps réglementaire et le Canadien de Montréal a arraché une dramatique victoire de 2-1 aux Predators de Nashville jeudi soir au Centre Bell.

Byron a profité d'une échappée pour inscrire son 15e de la saison, et son premier depuis le 31 janvier. Quelque dix minutes plus tôt, Brendan Gallagher avait également mis fin à une longue disette en déjouant Pekka Rinne.

Le défenseur Ryan Ellis, qui n'a pas terminé la rencontre à la suite d'une blessure à la jambe droite, a marqué l'unique but des visiteurs, lors d'une supériorité numérique tard en première période. P.K. Subban a récolté une mention d'aide.

Carey Price, qui a réalisé 24 arrêts, n'a rien pu faire sur le puissant tir d'Ellis, décoché de la pointe gauche, et qui s'est faufilé dans la partie supérieure droite.

À l'autre extrémité, Rinne a fait face à 26 tirs.

En l'emportant, le Canadien a signé une quatrième victoire consécutive, une première en temps réglementaire depuis l'arrivée de Claude Julien à la barre de l'équipe, tout en interrompant la séquence de quatre gains des Predators.

Le Canadien a également tenu en échec Filip Forsberg, le joueur de l'heure dans la Ligue nationale. L'attaquant suédois s'est présenté au Centre Bell avec une séquence de six matchs avec au moins un point, et rien de moins que dix buts à ses cinq sorties précédentes. Jeudi soir, il n'a obtenu que deux des tirs de son équipe.

Après une séance d'entraînement prévue vendredi matin à Brossard, les hommes de Claude Julien prendront la route de New York pour y affronter les Rangers samedi soir.

Par la suite, le Canadien s'envolera vers l'Ouest canadien pour se mesurer, tour à tour, aux Canucks de Vancouver, aux Flames de Calgary et aux Oilers d'Edmonton.

Du jeu terne

Après les 40 premières minutes de jeu, la foule n'avait vibré qu'en une seule occasion, et c'était avant même l'interprétation des hymnes nationaux.

Les spectateurs ont applaudi à tout rompre le retour à Montréal de Subban, en l'hommage de qui le Canadien avait préparé une vidéo d'environ 90 secondes commémorant ses moments marquants sur la glace et à l'extérieur de la patinoire à titre de porte-couleurs de l'organisaton montréalaise.

Une fois la rencontre en marche, l'attaque du Canadien est demeurée plongée dans l'inertie qui la caractérise depuis le mois de février.

Après deux périodes de jeu, les joueurs du Canadien avaient été limités à seulement 18 tirs, face à une équipe qui en avait concédé une moyenne de 30 à ses neuf sorties précédentes.

Au cours de ces deux périodes, les doigts d'une seule main ont suffi pour compter le nombre de vraies bonnes chances de marquer du Canadien.

Andrew Shaw a profité d'une belle opportunité d'ouvrir la marque tôt en première, après une interception et une belle passe de Tomas Plekanec. Mais Rinne s'est interposé grâce à un rapide déplacement latéral vers sa droite.

Au deuxième vingt, lors d'une supériorité numérique à la toute fin de l'engagement, Max Pacioretty et Alex Galchenyuk ont tour à tour testé Rinne, qui n'a pas bronché.

Le Canadien n'a pas su profiter de la fin de la pénalité mineure

à Austin Watson en début de troisième pour créer l'égalité.

Gallagher a cependant réveillé le public et mis fin à une léthargie de dix matchs, et par le fait même, à celle de son équipe en temps réglementaire au Centre Bell.

À mi-chemin de la période, il a déjoué Rinne grâce à un tir qui a d'abord ricoché sur le patin du défenseur Matt Irwin avant de glisser derrière la ligne rouge.