BIEN-ÊTRE
01/03/2017 06:50 EST | Actualisé 01/03/2017 06:50 EST

Une bière à saveur «militante» créée par des microbrasseurs québécois

Vous avez bien lu.

Radio-Canada

Dans un partenariat sans précédent, plus d'une vingtaine de microbrasseries du Québec s'unissent pour produire la bière Coule pas chez nous. Cette bière dite « militante » a été conçue dans le but de dénoncer le projet d'oléoduc Énergie Est ainsi que pour souligner l'importance de préserver l'eau potable.

« Beaucoup de brasseries prennent leur eau à même des cours d'eau. Énergie Est traverserait 860 d'entre eux au Québec seulement. En cas de rupture près d'une prise d'eau où une microbrasserie puise son eau, la production devrait s'arrêter instantanément. Ce risque est intolérable », indique William Garant, de la microbrasserie La Barberie, où la nouvelle bière a été lancée à Québec, mercredi.

Outre La Barberie, 13 autres lancements auront lieu dans différentes régions du Québec pour célébrer cette bière éphémère.

Issue d’un projet de deux ans, la bière IPA à 3,9 % d'alcool a été produite en collaboration avec la fondation Coule pas chez nous. Le produit 100 % québécois sera offert tout le mois de mars dans les 21 microbrasseries participantes. Quelque 12 000 bouteilles seront également distribuées à travers la province chez plus de 200 détaillants.

« Le pipeline Énergie Est vient menacer notre industrie touristique, nos cours d'eau, notre paysage et surtout notre approvisionnement en eau pure », renchérit Alexandre Caron, de la microbrasserie Ras L'Bock. Le secteur brassicole génère 3800 emplois à travers la province.

« Les microbrasseries ont accepté de donner une partie des profits de la vente de cette bière », souligne Anne-Céline Guyon, de la fondation Coule pas chez nous en affirmant que cette bière devient aussi un prétexte pour rassembler et sensibiliser les Québécois.

Bien que deux projets d’oléoducs dans l'ouest du pays ont obtenu le feu vert du gouvernement fédéral en novembre dernier, Anne-Céline Guyon croit que le projet est loin d'être écarté pour les provinces de l’est.

« La volonté du Canada présentement, c’est vraiment d’exporter ses ressources naturelles, d’exporter son pétrole des sables bitumineux. L’accord de libre-échange signé avec l’Europe va favoriser cette exportation et on sait que le marché principal d’Énergie Est, c’est le marché européen », affirme Mme Guyon.

La fondation Coule pas chez nous regroupe une quinzaine d'organisations citoyennes qui s'opposent au projet Énergie Est, de TransCanada.

Énergie Est est un projet de TransCanada visant à acheminer du pétrole de l'Alberta qui traverserait six provinces pour desservir les trois raffineries de l'est du Canada. Cet oléoduc de 4600 km aurait une capacité de 1 100 000 barils par jour.

VOIR AUSSI: