NOUVELLES
28/02/2017 07:30 EST | Actualisé 28/02/2017 07:30 EST

Saison de ski au Québec: un redoux qui fait peur

Centre du ski du Massif de Charlevoix

Depuis quelques jours, il fait beau et chaud au Québec. Ce redoux fait peur aux propriétaires des 75 stations de ski de la province, car il survient pendant la relâche scolaire, une période cruciale qui représente le tiers de l'achalandage annuel.

Un texte de René Saint-Louis

Sur les pentes du Massif de Charlevoix, du Mont-Sainte-Anne et de la station touristique Stoneham, les skieurs sont nombreux, très nombreux même.

Le directeur général de la station de ski du Massif, Frédéric Sujobert, parle même d'une année record, la meilleure depuis l'ouverture de la station.

«Déjà l'année passée nous avions eu une augmentation de 17 % de notre achalandage. Et cette année on est à 23 % au-dessus de notre objectif qui est supérieur à ce qu'on a réalisé l'année passée.»

- Frédéric Sujobert, directeur général de la station de ski du Massif

De son côté, la responsable des communications des stations du Mont-Sainte-Anne et de Stoneham, Lisa Marie Lacasse, rapporte une augmentation de 20 à 30 % de la clientèle cette année, ce qui fait de la saison la meilleure depuis 2013. Elle précise que déjà l'an passé, les stations de la région de Québec avaient réussi à tirer leur épingle du jeu alors que le temps doux avait ruiné la saison des stations plus au sud.

Il faut dire qu'avec plus de 4 mètres de neige naturelle, les stations situées entre la ville de Québec et la pointe de la Gaspésie n'ont pas à craindre le redoux qui perdure en ce moment dans le sud de la province.

charlevoix

Frédéric Sujobert, directeur de la station du Massif de Charlevoix

Haro sur les redoux!

Avec le réchauffement climatique, ces redoux risquent d'être de plus en plus dommageables pour l'industrie, croit le directeur de la station de ski du Massif de Charlevoix. Frédéric Sujobert s'estime toutefois à l'abri des aléas climatiques pour l'instant.

«Il y a comme une ligne qui est en train de se tracer sous la ville de Québec où du côté ouest et sud du fleuve il y a de moins en moins de neige alors qu'il en reste encore dans notre coin.»

- Frédéric Sujobert, directeur général du Massif de Charlevoix

Heureusement, le redoux survient tard en saison et les stations des Laurentides et des Cantons-de-l'Est ont fabriqué et accumulé de bonnes quantités de neige artificielle. Il est donc possible d'en étendre sur les pistes en prévision des semaines de relâche qui génèrent le tiers de l'achalandage annuel des centres de ski.

charlevoix

Une dameuse du Centre du ski du Massif de Charlevoix

Malgré tout, la porte-parole de l'Association des stations de ski du Québec, Josée Cusson, craint que le redoux fasse peur à une certaine clientèle.

«Surtout les gens de Montréal. À ce temps-ci, quand ils sortent de chez eux et qu'ils ne voient plus de neige, ils pensent qu'il n'y en a plus en station pis ce n'est pas le cas, la neige est abondante cette année.»

- Josée Cusson, directrice communication et marketing de l'Association des stations de ski du Québec

Elle précise que la saison s'annonçait plutôt bonne jusqu'à maintenant avec une hausse de 20 % de l'achalandage par rapport à l'an dernier soit environ 6 millions d'entrées dans les 75 stations du Québec.

VOIR AUSSI:

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter