NOUVELLES
27/02/2017 10:34 EST | Actualisé 27/02/2017 10:34 EST

Le numéro deux d'Al-Qaïda, Abdullah Muhammad Rajab Abdulrahman, pourrait avoir été tué en Syrie

MOHAMAD ABAZEED via Getty Images
Smoke billows following reported air strikes on a rebel-held area in the southern city of Daraa, on February 27, 2017.Daraa province, the cradle of the 2011 uprising against President Bashar al-Assad's regime, is mostly held by the rebels but pro-government forces and Islamic State are also present. / AFP / MOHAMAD ABAZEED (Photo credit should read MOHAMAD ABAZEED/AFP/Getty Images)

Le commandant adjoint d'Al-Qaïda pourrait avoir été tué lors d'une frappe aérienne dimanche, en Syrie.

Le SITE Intelligence Group, qui surveille les groupes extrémistes, rapporte qu'Abdullah Muhammad Rajab Abdulrahman - le bras droit du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri - pourrait avoir été tué dimanche soir, quand une voiture a été anéantie par une frappe aérienne américaine. Le groupe cite des informations qui circulent sur les réseaux sociaux djihadistes.

La province d'Idlib est essentiellement contrôlée par une coalition rebelle associée à Al-Qaïda et accueille des centaines de milliers de Syriens chassés par les combats ailleurs au pays.

Des images mises en ligne montrent que le véhicule dans lequel prenait possiblement place Abdulrahman - qui est mieux connu sous le nom de guerre Abou al-Khayr al-Masri - a été lourdement endommagé par une explosion. Le toit de la voiture a notamment été complètement arraché du côté droit.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, rapporte lui aussi qu'un commandant d'Al-Qaïda a été tué, sans toutefois pouvoir confirmer qu'il s'agissait d'al-Masri.

Al-Masri était un proche d'Oussama ben Laden et présidait auparavant le comité de direction du groupe djihadiste, selon ce que rapporte le quotidien Washington Post en citant un document des renseignements américains datant de 2008.

Al-Masri pourrait avoir été capturé et incarcéré en Iran après les attentats du 11 septembre 2001, avant d'être relâché lors d'un échange de prisonniers avec Al-Qaïda au Yémen en 2015.

Un membre d'une faction djihadiste rivale a toutefois appelé à la prudence en rappelant que d'anciens membres d'Al-Qaïda ont déjà mis leur propre mort en scène afin de pouvoir quitter les rangs de l'organisation.

Ailleurs, des frappes aériennes syriennes ou russes ont fait entre 11 et 15 morts dans la ville d'Areeha, toujours dans le nord-ouest de la Syrie.

Voir aussi: