NOUVELLES
26/02/2017 12:00 EST | Actualisé 27/02/2018 00:12 EST

Des milliers de manifestants russes saluent la mémoire de Nemtsov

MOSCOU — Plusieurs milliers de Russes ont défilé dans les rues de Moscou, dimanche, scandant «La Russie sera libre» ou «Poutine, c'est la guerre» pour souligner les deux ans de l'assassinat du leader de l'opposition Boris Nemtsov, abattu à l'extérieur du Kremlin.

M. Nemtsov, vice-premier ministre du pays de 1997 à 1998, était un ardent opposant au président Vladimir Poutine. Assassiné, selon toute vraisemblance, par un tueur à gages le 27 février 2015, sa mort avait jeté l'opposition russe dans des sentiments de colère mêlée de peur.

La manifestation a été le plus important rassemblement antigouvernemental depuis celle organisée pour les mêmes circonstances, l'an dernier. Selon ses organisateurs, la foule s'est élevée à 15 000 personnes. Quant aux autorités policières — reconnues pour sous-estimer le nombre des participants à une manifestation politique —, elles ont dit que seulement 5000 personnes s'étaient présentées.

Les manifestants ont déployé des drapeaux russes, des bannières des partis de l'opposition et des pancartes sur lesquelles étaient inscrites des citations de M. Nemtsov comme «Si c'est Poutine, il n'y a pas de Russie» ou «Notre dernière chance, c'est la rue». Certains portaient des drapeaux russes troués.

Cinq hommes ont subi un procès pour le meurtre de M. Nemtsov devant une cour martiale, l'an dernier. Aucun verdict n'a encore été rendu. Les proches de M. Nemtsov soutiennent qu'il s'agit d'un crime politique. Les pistes mènent vers des responsables de la Tchétchénie, lesquels n'ont même pas été interrogés par les autorités.

Le rassemblement de Moscou s'est déroulé sans incident grave, à l'exception du geste d'un inconnu qui a lancé de la poudre verte au visage d'un leader de l'opposition, Mikhaïl Kassianov. Plusieurs arrestations ont aussi été effectuées. 

Après la manifestation, plusieurs milliers de personnes se sont dirigés vers le pont où M. Nemtsov a été abattu dans le dos alors qu'il marchait en compagnie de sa compagne.

Des rassemblements semblables se sont déroulés dans d'autres villes russes comme Saint-Pétersbourg et Nijni-Novgorod, là où est né l'homme assassiné. Celle de l'ancienne capitale russe a attiré plusieurs milliers de personnes.