NOUVELLES
25/02/2017 09:59 EST | Actualisé 26/02/2018 00:12 EST

Warren Buffett conseille d'éviter les frais d'investissement

OMAHA, Neb. — Le milliardaire Warren Buffett a profité de sa lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway afin de réitérer sa lassitude devant les frais excessifs de Wall Street, de même que son optimisme face aux perspectives économiques américaines.

M. Buffett a consacré une section de sa lettre, rendue publique samedi, aux fonds indiciels à bas coûts, dont il a à nouveau vanté les mérites.

Il avance que les investisseurs faisant appel à des gestionnaires de portefeuille qui réclament des commissions onéreuses ont gaspillé plus de 100 milliards $ US au cours de la dernière décennie.

«Ultimement, lorsque des milliers de milliards de dollars sont gérés par des gens de Wall Street qui chargent des frais élevés, ce sont habituellement ces gérants qui récoltent des profits colossaux, pas les clients, a-t-il écrit. Les petits et grands investisseurs devraient s'en tenir aux fonds indiciels à bas coûts.»

Pour le démontrer, l'homme d'affaires a fait part d'un pari dans lequel il s'est engagé neuf ans plus tôt, tout juste avant la récession. Il avait misé sur l'indice S&P 500 face aux gestionnaires à la tête de Protégé Parteners, qui avaient plutôt opté pour une série de fonds de couverture. Ils avaient conclu une gageure sur dix ans de 1 million $ US pour la charité de leur choix.

Depuis, l'indice de Standard & Poor's a grimpé de 85,4 pour cent, contre une progression de 22 pour cent du côté des fonds de couverture.

Buffett a encore fait l'éloge du système de libre marché des États-Unis, qui, à ses yeux, permet aux Américains de continuer à cumuler des «quantités ahurissantes» de richesse.

Démocrate de longue date, il appuyait Hillary Clinton, mais soutient que l'économie se portera bien sous la présidence de Donald Trump. Il s'en est toutefois tenu aux affaires, sans se prononcer sur la situation politique.

«Je répète ce que j'ai dit par le passé et ce à quoi je m'attends à dire dans les prochaines années: les bébés qui naissent aux États-Unis aujourd'hui sont la génération la plus chanceuse de notre histoire», a-t-il martelé.

Il a réservé la majeure partie de sa lettre à l'évolution et à la performance de Berkshire en 2016. Le conglomérat basé à Omaha, au Nebraska, s'appuie de plus en plus sur l'acquisition d'entreprises plutôt que l'achat d'actions, qui comprend d'importantes parts de Coca-Cola, de Wells Fargo et d'Apple, entre autres.

Berkshire détient déjà plus de 90 sociétés filiales, dont GEICO, Berkshire Hathaway Energy, BNSF Railway, de même que des entreprises de vêtements, de mobilier et de bijoux.

Buffett dit compter poursuivre la recherche d'éventuelles acquisitions avec ses quelque 86 milliards $ US en liquidité, mais considérant la taille du conglomérat, il lui sera difficile d'égaler ses résultats précédents.

Sa lettre précise que Berkshire a enregistré une hausse de 10,7 pour cent de sa valeur comptable — soit un estimé de ses actifs duquel on soustrait son passif. Son cours boursier a crû de 23,4 pour cent en 2016, contre un taux de croissance annuel composé de 20,8 pour cent sur 52 ans.