NOUVELLES
25/02/2017 11:40 EST | Actualisé 26/02/2018 00:12 EST

Syrie : l'opposition "condamne le terrorisme" (délégation à Genève)

Le chef de la délégation de l'opposition syrienne présente aux négociations sur la Syrie à Genève, Nasr al-Hariri, a condamné samedi "le terrorisme et les terroristes" mais sans explicitement mentionner l'attentat contre les services de renseignement syriens à Homs.

"Notre position est claire, nous condamnons le terrorisme et les terroristes, nous condamnons Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique) et Al Nosra (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda)", a déclaré M. al-Hariri lors d'une conférence de presse à Genève.

Quelques minutes auparavant, le représentant de Damas aux pourparlers de Genève, Bachar al-Jaafari, avait sommé l'ONU et l'opposition de condamner clairement "le terrorisme" et les attaques de Homs, qui ont fait samedi entre 30 et 42 morts, dont un proche du président syrien Bachar al-Assad.

"Nous condamnons toutes les opérations terroristes, et si ce qui s'est passé à Homs est une opération terroriste, alors mes déclarations sont claires", a déclaré M. Hariri.

Lors de la même conférence de presse, un autre membre de la délégation du Haut comité des négociations (HCN, opposition), Fateh Hassoun, représentant d'un groupe armé, a lui accusé implicitement Damas d'avoir facilité l'attentat pour servir ses objectifs.

Plusieurs kamikazes se sont fait exploser samedi contre deux sièges de la Sécurité à Homs, une attaque sans précédent contre un pilier du régime depuis un attentat en 2012 à Damas.

L'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, Fateh al-Cham, a revendiqué l'attentat.

Cette attaque fragilise un peu plus les pourparlers de Genève menés sous égide de l'ONU, qui tente depuis jeudi d'amener le régime et l'opposition à amorcer un début de règlement du conflit syrien.

rh-cf/gde