NOUVELLES
23/02/2017 11:26 EST | Actualisé 24/02/2018 00:12 EST

Syrie/Sanctions: Vote probable du Conseil de sécurité la semaine prochaine

Un projet de résolution sanctionnant à la Syrie pour l'utilisation des armes chimiques devrait être soumis au Conseil de sécurité de l'ONU la semaine prochaine, mais la Russie s'y opposera certainement, a indiqué jeudi un diplomate.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni plaident pour interdire la vente des hélicoptères à la Syrie et imposer des sanctions à 11 responsables syriens et dix organismes liés à des attaques chimiques perpétrées en 2014 et 2015.

"C'est la réponse forte que le Conseil de sécurité s'était engagé à donner en cas d'utilisation prouvée d'armes chimiques en Syrie", a dit le diplomate, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.

"Il est très clair pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France qu'il s'agit d'une question de principes", a-t-il poursuivi, ajoutant que l'ambassadeur russe a d'ores et déjà annoncé, lors d'une réunion la semaine dernière, que Moscou bloquera une telle mesure.

La Russie a employé son veto à six reprises pour empêcher des sanctions contre le régime de son allié Bachar al-Assad. La Chine, qui dispose également du droit de veto au Conseil de sécurité, devrait s'abstenir.

Le Conseil doit aborder vendredi l'usage d'armes chimiques en Syrie et décider d'un vote éventuel.

La France et le Royaume-Uni ont proposé en décembre dernier d'imposer des sanctions à la Syrie mais ont attendu que la nouvelle administration du président américain Donald Trump ait eu le temps d'étudier les projets de résolutions avant de relancer leurs initiatives.

Le dernier projet de résolution, consulté par l'AFP, propose d'imposer une interdiction de voyager et le gel des avoirs de 11 responsables syriens, pour la plupart des militaires et parmi lesquels le chef des renseignement de l'armée de l'air et le commandant des opérations aériennes dans les zones où les attaques chimiques se sont produites.

Une mission d'enquête de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a conclu que l'armée syrienne avait mené des attaques au chlore en 2014 et 2015 contre trois villes Tell Mannas, Qmenas et Sarmin.

La Syrie nie avoir utilisé des armes chimiques et la Russie a rejeté les conclusions de la mission d'enquête, ne les jugeant pas suffisamment probantes.

cml/elc/kal