NOUVELLES
23/02/2017 07:09 EST | Actualisé 24/02/2018 00:12 EST

Syrie: 130 corps de rebelles découverts dans des fosses communes (OSDH, insurgés)

Quelque 130 cadavres d'insurgés exécutés par un groupe jihadiste ont été découverts dans des fosses communes dans le nord-ouest de la Syrie, ont rapporté jeudi une ONG et des responsables rebelles.

Cette découverte macabre intervient près d'une semaine après de violents affrontements dans la province d'Idleb entre Jound al-Aqsa -- groupuscule considéré comme proche de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI)-- et des rivaux jihadistes et leurs alliés rebelles.

Au moins 131 cadavres ont été retrouvés mercredi et jeudi dans deux fosses communes près de la ville de Khan Cheikhoun, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Jound al-Aqsa les détenait et les a exécutés dans sa caserne" près de la ville, a rapporté Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Les corps ont été retrouvés dans des fosses communes mais aussi enfouis dans des digues de sable.

41 corps de rebelles ont été découverts dans une autre zone près de Khan Cheikhoun.

Les opérations de recherche se poursuivent, d'après l'OSDH.

Pour sa part, une source de la Défense civile a affirmé à l'AFP que "128 corps" avaient "été retirés de deux fosses communes" dans une ancienne caserne de l'armée syrienne occupée par Jound al-Aqsa avant le retrait du groupe de Khan Cheikhoun.

Mohammad Rachid, porte-parole du groupe rebelle Jaich al-Nasr, a indiqué que parmi les 128 corps figuraient 71 cadavres de combattants de son groupe. "Il y a parmi eux 11 commandants et trois journalistes citoyens", a-t-il précisé.

Une guerre d'influence a opposé pendant près de deux semaines en février les extrémistes de Jound al-Aqsa au Front Fateh al-Cham et ses alliés rebelles, chaque partie tentant d'imposer sa prééminence dans une province qui échappe au régime de Bachar al-Assad.

Jound al-Aqsa s'est retiré vers la province de Hama (centre) et d'autres régions, d'après l'OSDH.

Le conflit en Syrie n'a cessé de se complexifier en impliquant des acteurs syriens, régionaux et internationaux, ainsi que des groupes jihadistes. Il a fait plus de 310.000 morts et poussé à la fuite plus de 10 millions de personnes.

ram-ohj/sk/jri