NOUVELLES
22/02/2017 21:16 EST | Actualisé 23/02/2018 00:12 EST

Scandale sur son salaire: le patron de la Poste australienne démissionne

L'homme largement crédité d'avoir sauvé la Poste australienne a annoncé jeudi sa démission de la direction de l'établissement public en raison du scandale généré par son niveau de rémunération.

Les hommes politiques de tout bord n'ont pas de mots assez durs pour condamner Ahmed Fahour depuis que les travaux d'une commission du Sénat ont montré début février qu'il avait l'an passé touché 5,6 millions de dollars australiens (4 millions d'euros), dont 1,2 million AUD de bonus.

M. Fahour a présenté sa démission le jour de l'annonce de très bons résultats d'Australia Post.

L'établissement a dégagé au premier semestre de son exercice décalé 2016-2017 un bénéfice net de 131 millions AUD, contre 16 millions à la même période un an plus tôt.

Le Premier ministre Malcolm Turnbull -un multimillionnaire dont le traitement en tant que chef du gouvernement est 10 fois inférieur à celui de M. Fahour selon les médias- s'était également joint au tonnerre de critiques, en demandant au directeur général de la Poste de revoir sa rémunération, "dans une économie où beaucoup de personnes luttent".

La Poste d'Australie est la plus ancienne société du pays, qui opère sans discontinuer. Elle a fêté ses 200 ans d'existence en 2009.

En 2014, un rapport du gouvernement sur les finances de la Poste d'Australie avait prédit des pertes atteignant 6,6 milliards de dollars australiens sur 10 ans, si aucune réforme n'était lancée.

Nommé en 2010, M. Fahour est largement crédité d'avoir avec succès réorienté la stratégie du groupe en réaffectant notamment des milliers d'employés de l'activité du courrier postal -à la peine comme dans de nombreux autres pays- vers celle des colis commerciaux.

"L'important pour moi est d'avoir sauvé cette entreprise", a déclaré M. Fahour, qui quittera l'entreprise en juillet. "Australia Post ne fait pas seulement dans les timbres et les lettres. C'est aujourd'hui un géant de la livraison des colis et des produits du commerce en ligne".

ddc/jac/cr