NOUVELLES
22/02/2017 23:45 EST | Actualisé 23/02/2018 00:12 EST

Pakistan: attentat à la bombe à Lahore, au moins cinq morts

Au moins cinq personnes ont été tuées et 30 blessées par l'explosion d'une bombe dans un quartier huppé de la capitale culturelle pakistanaise Lahore, ont indiqué la police et les secours jeudi.

"Il s'agit d'un attentat à la bombe", a déclaré un porte-parole de la police de la province du Pendjab, Nayab Haider.

Le bilan provisoire est de cinq morts et 30 blessés, selon une porte-parole des services de secours, Deeba Shehnaz.

Les chaînes de télévision pakistanaises ont diffusé des images du bâtiment où s'est produit l'explosion et de voitures aux vitres soufflées à proximité.

L'accès au site, situé dans le quartier chic de Defence Housing Authority, réputé pour ses boutiques et ses cafés haut de gamme, a été bloqué par les forces de sécurité, a constaté l'AFP.

L'explosion intervient au lendemain de l'annonce par l'armée pakistanaise du lancement d'une opération antiterroriste dans l'ensemble du pays en réaction à une série d'attentats récents.

"L'armée pakistanaise lance "l'opération 'Radd-ul-Fassad' (élimination de la violence) dans l'ensemble du pays", a-t-elle annoncé à l'issue d'une réunion à Lahore présidée par le chef de l'armée, le général Qamar Javed Bajwa.

En l'espace de moins de deux semaines, le Pakistan a subi une série d'attaques, qui ont fait plus de 130 morts au total, dont 90 lors de l'attaque d'un sanctuaire soufi dans le sud. Elles ont été revendiquées par les talibans pakistanais (TTP) et par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Lahore elle-même avait déjà été frappée par un attentat-suicide le 13 février, au cours duquel 14 personnes avaient péri.

L'attaque la plus récente dans le pays remonte à lundi, lorsque trois kamikazes ont tenté de forcer l'accès d'un tribunal près de Charsadda (nord-ouest), tuant sept personnes avant d'être abattus.

"L'ennemi profite de l'instabilité en Afghanistan pour mener des opérations terroristes sur le sol pakistanais", a estimé un porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d'un point presse jeudi, condamnant ces attaques.

Le Pakistan et l'Afghanistan voisin s'accusent régulièrement d'abriter des sanctuaires d'insurgés extrémistes responsables d'atrocités.

Les événements des derniers jours ont choqué une population qui commençait tout juste à renouer avec un relatif sentiment de sécurité après des années de violences et ont suscité des critiques sur le bien-fondé de la stratégie des autorités.

Ils font aussi planer le doute sur la tenue à Lahore de la finale de la Super League pakistanaise de cricket, un match très attendu. Cette compétition se déroule actuellement aux Emirats arabes unis en raison de craintes pour la sécurité, mais les organisateurs espéraient que la finale pourrait se jouer au Pakistan.

kh/ia/st/ahe/pt